👶 FERMETURE : L'Atelier est fermé jusqu'au 29 août en raison d'un congé paternité. 👶

Rue Steve Jobs : Les précurseurs français d'Internet oubliés

✒️ Enzo Sandré · 📆 15/12/2016 · 🗞️ Publié dans l'AF2000 · 💾 Histoire de l'informatique · 🦉 Intelligence Économique

Quel est le point commun entre Louis Pouzin, Gérard le Lann, François Flückiger, le projet CYCLADES et le Minitel ? Ils sont français, ont eu un rôle majeur, sinon crucial dans le développement de l’Internet moderne et n’ont pas de rue à leur nom. Contrairement à Steve Jobs, immortalisé par le maire socialiste du XIIIème arrondissement, qui aura prochainement sa trimarde dans la capitale.

Sans la France, sans ces ingénieurs aujourd’hui oubliés, Internet n’existerait pas. Peut-on en dire autant de Steve Jobs ? Rappelons le passif du personnage : commercial de génie, n’ayant jamais rien produit par lui-même ; véritable tyran d’entreprise, terrorisant tout autant ses salariés américains que les esclaves chinois travaillant pour lui ; fossoyeur de l’Internet libre, préférant un écosystème logiciel fermé et honteusement cher. Le personnage est bien sûr loué par tous les bien-pensants, les guerriers de la justice sociale et autres consommateurs de café équitable, plus avides de conformisme que de cohérence. Ils voient en lui un « visionnaire », un « innovateur », un « génie parti trop tôt » voire même un « artiste du capitalisme », bigre !

En France, ce pays d’ingénieurs de haut vol, les élus socialistes préfèrent un escroc, un imposteur et un marchand aux dignes artisans d’Internet. Faire de Jobs un modèle pour la jeunesse, c’est encourager le pillage anglo-saxon sur l’inventivité française. C’est gonfler l’égo de commerciaux déjà pleins de morgue. C’est encore un fois rabaisser la valeur du travail honnête et rémunérateur pour encourager le vol, la spéculation et la médiocrité. C’est donner raison à la consommation compulsive d’appareils monolithiques, jetables lorsqu’une nouvelle version sort.

Une rue qui a toute sa place dans le Paris du XXIème siècle, hélas.


Enzo Sandré