Principe de précaution, boulet économique ?

Dans le programme de François Fillon, en page Agriculture, on peut lire qu’il souhaite « Supprimer de notre Constitution un principe de précaution dévoyé et arbitraire. ». Il invoque la perte de compétitivité causée par ce principe et l’inflation normative qui en résulte.

La présence de cette proposition en page agriculture n’est pas innocente : le principe de précaution a déjà permis de bloquer la progression des OGM, ainsi que de nombreux intrants agricoles suspectés d’être dangereux pour les populations ou les pollinisateurs. Les partisans d’une agriculture intensive, agrochimistes et FNSEA en tête, réclament depuis des années l’abrogation de ce principe. François Fillon ne fait que la reprendre dans son programme.

Le principe de précaution constitutionnalise la primauté de l’environnement sur l’économie. Une partie des libéraux hurle contre cela, oubliant sans doute que sans environnement vivable, il n’y a pas d’hommes, donc pas d’économie[1]. Les règlementations environnementales sont des politiques de gestion du risque technicien. Aussi imparfaites qu’elles soient, elles réduisent le risque que les générations futures soient sacrifiées sur l’autel du bénéfice immédiat, ou du fameux automatisme technicien identifié par Ellul[2].

L’actuel principe de précaution est largement perfectible et les critiques de M. Fillon sont en grande partie recevables, bien que souvent hypocrites : Monsieur Fillon n’est-il pas pour l’Union Européenne, qui ne cesse de normaliser, sur ce sujet comme sur d’autres[3] ? Même si le candidat Fillon souhaitait sortir de l’UE, il lui resterait à affronter l’inertie du système républicain. Le principe de précaution, dans un état centralisé, ne peut pas donner autre chose qu’un monstre juridique tant les cas particuliers à chaque localité sont nombreux.

Autre conséquence funeste de la démocratie : Sur des sujets aussi clivants que les OGM, le parlementaire se retrouve pris en étau entre le lobbyiste et l’opinion publique. Le scientifique n’est pas non plus dans une position confortable : ses crédits dépendent fortement du pouvoir politique ou du monde de la grande entreprise, pendant que l’université française est contrôlée idéologiquement par de véritables ayatollahs de la surprotection contre les « ravages de la techno-science ». Les extrêmes sont hélas bien plus médiatiques que les nuances constructives.

Préserver l’héritage en attendant l’héritier. Le principe de précaution, malgré ses imperfections colle bien à notre objectif. Il est un bon palliatif à l’absence d’un souverain responsable, de par les garde-fous qu’il met à l’hybris technicienne et au capital sans fin. Ses défauts majeurs, que nous avons détaillés dans cet article, sont en grande partie issus de notre appartenance à l’UE et à une république incapable de donner du pouvoir aux localités. Rien de neuf sous le soleil.

Enzo Sandré


Historique du principe de précaution

François Fillon ne prend pas la peine de définir le « principe de précaution », pourtant largement polymorphe, dans son programme. Retour sur l’histoire d’une notion controversée.

Le principe de précaution est né dans les années 70, en Allemagne. Il est fortement inspiré par la philosophie d’Heidegger. Il entre dans le champ politique pour la première fois lors du Sommet de la Terre de 1992 à Rio ou il est formulé comme suit :
« En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement. ».
Le principe de précaution est repris presque à l’identique en France dans la loi Barnier de 1995 en y ajoutant une condition de « coût économique acceptable ».

Le principe de précaution qu’évoque M. Fillon est celui intégré à la Constitution en 2004. Il est défini dans la Charte de l’Environnement et son but est d’empêcher des dommages potentiellement irréversibles, causés par une technique dont les effets ne sont pas encore bien connus. Le principe de précaution des années 1990 était avant tout une déclaration de principe assez inoffensive, aux conditions d’applications très floues. Le même principe, en 2004, désigne la primauté constitutionnelle de l’environnement sur l’économie.

[1] « économiser signifie d’abord et avant tout prendre soin. » rappelle Bernard Stiegler dans son manifeste Ars Industrialis

[2] L’automatisme peut être résumé par « Si on peut, on veut ». pour Ellul, il est caractéristique d’une société technicienne.

[3] Il accuse les parlementaires français de « surtransposer ». Quoi de plus normal lorsqu’il s’agit d’appliquer localement une directive générale et vague ?

Lire ou relire : Théodore Kaczynski

Théodore Kaczynski, plus connu sous le pseudonyme d’Unabomber, est un penseur néoluddite et un terroriste américain. Il est l’auteur du manifeste La Société Industrielle et son Avenir, synthèse de penseurs comme Jacques Ellul ou Georges Bernanos. Il défend la destruction complète de la société industrielle au motif qu’elle asservit inéluctablement l’homme.

J’ai souhaité écrire cet article suite à la relecture des œuvres d’Unabomber. Il est l’auteur qui m’a poussé à étudier la technique au travers d’Ellul, Mumford, Illich et d’autres. Je lui dois mon intérêt pour le phénomène technicien et souhaitais le relire, quatre ans et de nombreuses lectures après. Cet article présente les deux faces indissociables de Kaczynski : le penseur et le militant.

Le militant

Sa carrière de terroriste est entièrement ordonnée à la diffusion de sa pensée. L’analyse de ses actes révèle une intelligence stratégique et une méticulosité hors du commun. Kaczynski commence par envoyer une série de colis piégés assez artisanaux, afin de créer une agitation médiatique. Il prend bien soin de ne laisser aucune trace et se paye même le luxe de semer des fausses pistes. Après cela, il se retire pendant 6 ans, créant une attente immense auprès du grand public. Il aurait employé ce temps à peaufiner son manifeste.

 

La seconde phase commence en 1993 lorsque le criminel le plus célèbre des Etats-Unis refait surface. Prenant appui sur son immense renommée, il démarre une nouvelle campagne d’envoi de colis piégés, cette fois létaux et accompagnés de lettres. Il demande la publication de son manifeste, en échange de quoi il cessera de tuer. Faute de pistes sérieuses, le FBI recommande d’accéder à son souhait, dans l’espoir que quelqu’un reconnaisse l’auteur du manifeste.

Confondu par son frère, Kaczynski est arrêté le 3 avril 1996 dans sa cabane. Il a 54 ans, son manifeste est publié et ses actions terroristes ont donné à ses idées un écho gigantesque. Le dernier tour de force de Kaczynski fut d’être reconnu sain d’esprit lors de son procès, contre l’avis de nombreux psychiatres, tout en évitant l’exécution. Une irresponsabilité pour démence aurait été un accroc majeur dans la diffusion de ses idées.

Depuis sa cellule Kaczynski a publié plusieurs ouvrages, dont une version actualisée de son manifeste. Il communique avec ses contradicteurs et continue de rayonner. Il s’est fait capturer à un âge ou sa force physique devenait incompatible avec la vie sauvage. Sans doute envisageait-il la prison comme une retraite, qu’il pourrait employer à diffuser sa pensée. Il n’avait de toutes façons pas d’autres alternatives.

Nonobstant la question morale, la carrière d’Unabomber est un sans-faute. La succession de ses actes est une partie d’échecs : actions, retraites, tout est pensé longtemps à l’avance. Kaczynski laisse peu au hasard et déploie toute la force de son intelligence au service de sa cause. Il est bien loin de l’image du fou aveugle véhiculée par les médias. Si nous écartons son mode d’action, il est un exemple de militant efficace.

Le penseur

Dans l’imagerie médiatique, Unabomber est un tueur nihiliste, tentant de justifier ses actes par une pensée incohérente. La lecture de son manifeste révèle au contraire une réflexion certes radicale, mais très profonde, puisant ses racines dans des auteurs français et américains. La pensée de Kaczynski est une vulgarisation de celle de Jacques Ellul, il puise des inspirations dans La France contre les Robots de Bernanos et utilise des expressions propres à Lewis Mumford, Sigmund Freud ou bien Aldous Huxley.

Kaczynski résume lui-même sa pensée en quatre maximes :

  1. Le progrès technologique nous conduit à un désastre inéluctable ;
  2. Seul l’effondrement de la civilisation moderne peut empêcher le désastre ;
  3. La gauche politique est la première ligne de défense de la Société technologique contre la révolution ;
  4. Ce qu’il faut, c’est un nouveau mouvement révolutionnaire, voué à l’éradication de la société technologique, et qui prendra des mesures pour tenir à l’écart tous les gauchistes et consorts.

Tout au long de son manifeste, dans un style simple, clair et sans concessions, Kaczynski développe sa pensée. Loin d’être un pur théoricien, Kaczynski explique concrètement comment pousser la société industrielle jusqu’à son point de rupture, afin de la détruire pour qu’elle ne réapparaisse plus. Il est un militant et ce document est destiné à d’autres militants. Il ne croit absolument pas au pouvoir des masses, mais à celui des minorités agissantes, à qui il s’adresse.

Beaucoup de ceux qui n’ont pas lu Kaczynski le prennent pour un primitiviste et rejettent à raison cette pensée. Pourtant celui-ci a bien pris soin de se distinguer de ces derniers, notamment dans une série de lettres à John Zerzan. Unabomber ne souhaite pas un retour à l’âge de pierre, mais une société décentralisée, composée de paysans, d’éleveurs, de chasseurs et d’artisans, vivant en petites communautés et usant d’une série de techniques simples, dont la portée ne dépasse pas les terres environnantes. Il reprend la distinction entre Technique et techniques faite par Ellul, sous le vocable plus clair de « techniques cloisonnées » et « techniques systémiques ». Une technique cloisonnée est, pour lui, une technique pouvant être mise en œuvre par une poignée d’artisans et utilisant les ressources produites par les terres environnantes. Une définition fort intéressante à la veille d’une crise majeure de l’énergie, qui pourrait bien sonner le glas d’une révolution industrielle somme toute très récente à l’échelle des temps humains.

Enzo Sandré

Nouvelles subsidiarités : Quel est le rôle social des entreprises ?

L’entreprise au début de l’ère industrielle avait pour mission de fournir un bien ou un service de manière rentable. La main invisible du marché devait se charger de redistribuer les richesses, afin d’amener aux hommes bonheur et abondance. A l’époque il avait même été décrété que rien ne devait exister en dehors de l’entreprise, c’est dire si on y croyait. Adieu corporations, jurandes et autre reliquats d’une époque sombre. Le travailleur orphelin fut confié à sa marâtre : l’entreprise. Celle-ci devint le seul corps intermédiaire reconnu par la République.

ob_261c33_loi-le-chapelier2

Depuis, lorsque la société civile rencontre un problème, il est obligatoirement imputé à l’état ou aux entreprises, seuls corps sociaux significatifs. L’état répondra souvent par des lois qui vont s’accumuler. L’inflation législative va créer de nouveaux rôles à l’entreprise, pour lesquels elle n’est souvent pas outillée. A l’entreprise moderne, on demande d’être sobre en ressources, de ne pas polluer, de respecter les droits des animaux, d’insérer les personnes en difficulté, de ne pas discriminer les personnes transgenres issues de la diversité, de ne pas réduire ses salariés en esclavage et de ne pas trop escroquer ses clients, tout en restant rentable, rien que cela ! Tous ces rôles, autrefois assumés par des corps intermédiaires spécialisés, se retrouvent désormais dans l’indigeste notion de « Responsabilité sociétale des entreprises ».

L’entreprise n’a pas vocation à être l’avocat de la nature, la protectrice de la veuve intérimaire et du stagiaire orphelin ou la garante des règles de l’art. Son rôle est de produire de la richesse. L’état se fourvoie lorsqu’il greffe artificiellement des rôles sociaux à l’entreprise : elle cherchera toujours à les esquiver. L’entreprise doit avoir des responsabilités, mais elle ne saurait avoir un autre rôle que la création de richesse.

Les rôles sociaux doivent être joués par des corps intermédiaires dont l’intérêt intrinsèque est de les assumer, par exemple les corporations, les syndicats ou les corps territoriaux. Ces corps ne doivent surtout pas tirer leur pouvoir et leur légitimité d’une patente étatique, mais des personnes qui les composent. Ce sont les frictions entre ces corps intermédiaires arbitrées subsidiairement par le pouvoir politique, qui doivent définir les règles.

1155908_code-du-travail-pour-que-la-reforme-fonctionne-web-tete-021327785646_660x352p

En détruisant les corps intermédiaires, les libéraux ont créé une bombe à retardement : la société ne cesse pas d’avoir des revendications et faute d’exutoire, c’est l’entreprise qui doit y faire face. L’entreprise doit redevenir un corps social comme un autre si elle ne veut pas couler sous le poids des rôles artificiels que la société lui attribue. Son rôle privilégié en fait la cible des demandes les plus légitimes, comme les plus illégitimes. Le millefeuille règlementaire qui en résulte la tue.

Enzo Sandré

Rue Steve Jobs : Les précurseurs français d’Internet oubliés

Quel est le point commun entre Louis Pouzin, Gérard le Lann, François Flückiger, le projet CYCLADES et le Minitel ? Ils sont français, ont eu un rôle majeur, sinon crucial dans le développement de l’Internet moderne et n’ont pas de rue à leur nom. Contrairement à Steve Jobs, immortalisé par le maire socialiste du XIIIème arrondissement, qui aura prochainement sa trimarde dans la capitale.

Sans la France, sans ces ingénieurs aujourd’hui oubliés, Internet n’existerait pas. Peut-on en dire autant de Steve Jobs ? Rappelons le passif du personnage : commercial de génie, n’ayant jamais rien produit par lui-même ; véritable tyran d’entreprise, terrorisant tout autant ses salariés américains que les esclaves chinois travaillant pour lui ; fossoyeur de l’Internet libre, préférant un écosystème logiciel fermé et honteusement cher. Le personnage est bien sûr loué par tous les bien-pensants, les guerriers de la justice sociale et autres consommateurs de café équitable, plus avides de conformisme que de cohérence. Ils voient en lui un « visionnaire », un « innovateur », un « génie parti trop tôt » voire même un « artiste du capitalisme », bigre !

En France, ce pays d’ingénieurs de haut vol, les élus socialistes préfèrent un escroc, un imposteur et un marchand aux dignes artisans d’Internet. Faire de Jobs un modèle pour la jeunesse, c’est encourager le pillage anglo-saxon sur l’inventivité française. C’est gonfler l’égo de commerciaux déjà pleins de morgue. C’est encore un fois rabaisser la valeur du travail honnête et rémunérateur pour encourager le vol, la spéculation et la médiocrité. C’est donner raison à la consommation compulsive d’appareils monolithiques, jetables lorsqu’une nouvelle version sort.

Une rue qui a toute sa place dans le Paris du XXIème siècle, hélas.

Enzo Sandré


  • Louis Pouzin est l’inventeur du datagramme, capsule de données à la base des réseaux informatiques, dont Internet.
  • Gérard Le Lann est un des architectes des protocoles TCP/IP, squelette de l’Internet moderne. TCP est une amélioration du datagramme de son collègue Pouzin.
  • François Flückiger, scientifique au CERN, est un des bâtisseurs du réseau Internet européen contemporain.
  • Le projet CYCLADES fut une expérience française (IRIA) de réseau alternatif à ARPANET. Ce fut finalement ce dernier qui servit de base à Internet, non sans avoir absorbé les bonnes idées et la plupart des ingénieurs du premier. Sans CYCLADES, ARPANET n’aurait probablement pas été viable et Internet n’aurait pas existé.
  • Le Minitel fut un réservoir d’idées pour l’Internet naissant à l’époque. Il lui est injustement reproché le retard d’accès à Internet des Français.

L’informatique a-t-elle un avenir ?

bougie

Récemment, le président Barack Obama a accordé un entretien au magazine Wired[i], sur la robotisation, l’Intelligence Artificielle et la réduction du temps de travail. Le président américain prédit un avenir ou le travail humain sera remplacé progressivement par des machines, et les bénéfices reversés à la société toute entière. Un discours vieux de deux siècles, sans cesse remis au goût du jour[ii].

De notre point de vue, un futur où le travail est robotisé n’est absolument pas crédible. Nous allons même plus loin, en déclarant que dans la majorité de ses usages actuels, l’informatique n’a aucun avenir. Le monde de demain sera contraint en énergie, soit par manque de ressources, soit afin de ne pas dérégler massivement le climat. La plupart des spécialistes s’accordent à le dire : les énergies fossiles en général et le pétrole en particulier, voient déjà leur production décroître[iii] et ni les renouvelables, ni la fusion ne viendront nous sauver dans les prochaines décennies[iv]. La récession actuelle est donc là pour durer, balayant sur son passage tout l’accessoire.

Soyons clairs : l’informatique n’est pas économe. Les immenses fermes de serveurs, les innombrables routeurs assurant le transit mondial des données, les nombreux ordinateurs personnels et autres gadgets connectés consomment environ 10% de l’électricité mondiale[v], soit l’équivalent de la production d’électricité nucléaire.

Les utilisations de cette technologie sont, pour la plupart, soit énergivores, soit accessoires, soit les deux. Dans un monde contraint en énergie, l’informatique n’aura sa place que dans deux cas de figure : le remplacement de secteurs encore plus énergivores qu’elle et un nombre réduit de secteurs coûteux en énergie, mais pour lesquels les particuliers, les entreprises ou l’état sont prêts à payer cher. L’informatique de remplacement inclut par exemple les solutions de vidéoconférence, se substituant aux voyages en avion dans les milieux d’affaires. L’informatique énergivore est par exemple le e-commerce, pure annexe des transports. Il est à parier que les usages récréatifs et/ou nuisibles (pornographie notamment) deviendront un plaisir d’élite s’ils ne disparaissent pas complètement.

L’informatique de masse ne peut pas être viable. L’épuisement des terres rares va rendre obligatoire le recyclage minutieux de chaque unité, renchérissant le coût en énergie de chaque unité produite. Dans un contexte de tensions énergétiques, cela signifie un prix croissant des nouvelles machines. La mutualisation des machines risque de devenir la norme et le PC personnel un luxe. L’accroissement de la puissance de calcul unitaire devrait ralentir, pour se caler peu ou prou sur l’accroissement de l’efficience énergétique. La consommation énergétique par unité a peu de chances d’augmenter dans les machines grand public.

Si nous devions nous risquer à dessiner l’avenir chez les particuliers, ceux-ci recentreront sans doute leurs moyens autour d’un PC familial, doublé d’un smartphone professionnel basique selon les cas, le tout communiquant avec un nombre plus limité qu’aujourd’hui de services. L’avenir ne sera certainement pas dans la prolifération des sex toys connectés et autres brosses à dents intelligentes.

Du côté des entreprises, seules celles qui trouveront un avantage réel à s’informatiser davantage le feront. L’effet de mode et la simple technophilie cèderont la place au dur calcul économique. Le secteur numérique, aujourd’hui en plein boom, pourrait se retrouver du jour au lendemain en grave crise, comme lors de l’explosion de la bulle Internet. Brisons de suite un mythe répandu : non, le tertiaire n’est pas économe en énergie. Mettre quelqu’un dans un bureau signifie qu’il faut le remplacer par une machine dans le secteur primaire ou secondaire.

Dans les gros systèmes centralisés, la part de l’énergie consacrée au fonctionnement du système lui-même, par rapport aux applications hébergées augmente[vi]. La tendance sera donc à la décentralisation et aux systèmes distribués, dès que les économies d’échelle auront été annulées par le renchérissement du coût de l’énergie.

Les utopies californiennes d’un monde où robots et intelligences artificielles remplaceraient les humains à la tâche prennent du plomb dans l’aile. Le remplacement de l’homme par la machine ne vaut que tant que le coût de l’heure de fonctionnement de celle-ci (incluant son amortissement), dépasse les salaires des ouvriers qu’elle remplace. Le renchérissement du coût de l’énergie viendra rapidement remettre l’homme au travail. Les bras aujourd’hui au chômage ne suffiront pas à combler le manque d’énergie qui s’annonce. La « crise » de 2008 n’en est pas une. Elle est le début d’une récession mondiale après le passage du pic pétro-gazier. Cette récession remet en question de nombreux « progrès » de la société moderne, qui fondront comme neige au soleil face à la dure réalité physique. L’informatique en fait partie, tout comme l’internet libre, très belle idée, hélas irréaliste dans un monde à l’énergie contrainte.

[i] https://www.wired.com/2016/10/president-obama-guest-edits-wired-essay/

[ii] JARRIGE François, Technocritiques

[iii] En 2010, l’Agence Intenationale de l’Énergie déclarait que la production de pétrole ne dépasserait jamais le niveau de 2006 : le fameux pic du pétrole.

[iv] La fusion commerciale est estimée au mieux pour 2090

[v] Cloud begins with Coal, Digital Power Group, 2013

[vi] LUSSATO Bruno, La Troisième Révolution

Joyeux anniversaire Linux !

Linux fait figure d’exception dans le monde de l’ingénierie logicielle. Il est le seul projet libre de cette ampleur à fonctionner depuis 25 ans. Linus Torvalds, son créateur, le dirige encore aujourd’hui d’une main ferme, à la manière d’un véritable monarque.

Linus_TorvaldsComme tout logiciel libre, Linux peut être utilisé, modifié, dupliqué et diffusé sans aucune contrainte. Sa spécificité vient de la propriété de la marque Linux par Linus Torvalds. N’importe qui peut installer Linux, le modifier et diffuser ses modifications, mais seul Linus Torvalds décide des modifications qui seront incluses dans le logiciel désigné par le nom de Linux. Chacun est en revanche libre de publier des modifications refusées sous un autre nom. Pourtant, la popularité de Linux empêche bien souvent les mécontents de s’éloigner de la branche principale. Cela garantit une certaine stabilité au projet Linux.

Dès les premières années du projet, des centaines de développeurs sont venus contribuer librement au projet Linux. Cette communauté produisait trop de modifications pour que Linus puisse seul les analyser et les incorporer à Linux. Il a donc décidé la création d’un système de lieutenants, un pour chaque grande partie du système (son, processeur, mémoire …). Chaque lieutenant est responsable devant lui de la qualité du code qu’il valide. Tout développeur qui souhaite contribuer au projet Linux doit envoyer ses modifications à un lieutenant, qui validera ses modifications et les regroupera avec d’autres, afin de les présenter à Linus. En cas de conflit entre deux lieutenants, Linus tranche, avec un langage souvent très fleuri. Ce système dure encore aujourd’hui, alors que des milliers de développeurs contribuent au plus gros projet libre du monde.

Basés sur l’idéologie libertaire du logiciel libre, beaucoup de projets échouent faute d’une vision cohérente. La gestion de projet monarchique de Torvalds a protégé Linux des scissions et des affrontements d’égos, lui permettant de dépasser la barre des 25 ans. Il n’est pas pour autant un tyran : il juge les modifications sous l’angle du bien du projet et laisse des libertés partout où les règles ne sont pas nécessaires. Si cela n’avait pas été toujours le cas, les développeurs seraient simplement partis. Le projet aujourd’hui est assez stable et sérieux pour que des grandes entreprises allouent des centaines de salariés au développement de Linux.

Le principal point faible de Linux est la succession de Torvalds : aucun successeur n’a été désigné ou ne ressort. Il est certain que sans ordre, sans chef et sans guide, la communauté linux deviendra pauvre troupeau. Il n’y a pas encore lieu de s’alarmer, à 46 ans, le « dictateur bienveillant » se porte bien. Néanmoins, la communauté linux devrait sérieusement réfléchir à la question. En attendant, joyeux anniversaire Linux !


L’histoire de Linux débute le 25 aout 1991, à l’université d’Helsinki. Linus Torvalds, alors étudiant décide de développer un émulateur de terminal pour remplacer celui présent sur son ordinateur. Cet émulateur fut le point de départ d’un système aujourd’hui connu sous le nom de Linux.

Il totalise à ce jour plus de 10.000 développeurs et 1000 entreprises ayant contribué à son développement. Le noyau Linux équipe 31% des tablettes et 64% des smartphones grâce à Android. 38% des serveur tournent sous Linux, de même que la quasi-totalité des superordinateurs (97%) et des systèmes embarqués (domotique, audiovisuel …). Linux est minoritaire (1,7%) sur le seul segment de l’informatique grand public, pour combien de temps encore ?


Pour aller plus loin : http://www.silicon.fr/linus-torvalds-linux-75664.html

Lire ou relire Ivan Illich

Tout système, lorsqu’il dépasse une certaine importance, finit par devenir contre-productif, puis par nuire à la société. C’est l’audacieuse thèse développée par Ivan Illich (1926-2002), prêtre catholique défroqué et l’un des plus lucides critiques de la société industrielle.
Ivan_Illich

Défenseur d’une société de la liberté de faire, contre la société industrielle où l’homme est seulement libre de consommer, Illich est un penseur des libertés. Ses travaux l’ont amené à un constat : chaque producteur de biens ou de services, lorsqu’il a dépassé une certaine taille, finit irrémédiablement par devenir contre-productif.

Illich développe ce constat en analysant dans les années 70 plusieurs institutions de la société industrielle : le système éducatif dans Une société sans école, la médecine moderne dans Némésis médicale ou bien l’infrastructure de transport dans Énergie et équité. Chacun de ces livres est édifiant, brisant bien des mythes que l’homme moderne tend à croire : la médecine moderne apporte plus de maladies iatrogènes qu’elle ne soigne de malades ; l’école délégitime l’apprentissage autodidacte et tue la curiosité naturelle de l’homme ; l’habitude du transport motorisé place les choses à une distance que ne peuvent plus franchir les autres moyens de déplacement.

Loin de se cantonner à la critique, Illich n’hésite pas à proposer des outils conceptuels, afin que l’homme reprenne le contrôle sur la machine. La Convivialité, à la fois ouvrage et concept distingue les outils, que l’homme utilise comme bon lui semble, des machines, qui créent des besoins auquel elles-seules peuvent répondre. Un outil convivial est un outil dont l’utilisation ne retire pas de libertés. Plus grille de lecture que praxis, la convivialité n’en est pas moins utile pour critiquer la plupart des institutions modernes sur leur prétendue utilité sociale.

Illich parle peu de politique, mais en parle efficacement. Il souhaite une société décentralisée, hérissée des libertés dont nous ont privé les institutions industrielles. Il est cité à juste titre comme l’un des pères de la décroissance, même s’il convient de faire attention avec ce terme aujourd’hui. Illich souhaite que la créativité humaine remplace la stérilité morbide des institutions industrielles. Il appelle à une innovation authentique, à un homme qui créé lui-même les outils dont il a besoin, plutôt que de consommer toujours plus. En bon chrétien, il souhaite que pauvreté ne soit plus un gros mot, mais l’inverse de la misère, déchet d’industrie. Le pauvre devient misérable lorsqu’on le prive de la possibilité de faire les choses par lui-même, lorsqu’il devient un consommateur sans le sou. Nos paysans d’autrefois étaient certainement pauvres, jamais misérables.

En France les thèses d’Illich ont été oubliées (jugées trop pessimistes par la gauche après l’élection de Mitterrand), elles n’ont pas été infirmées. Ses analyses sont plus que jamais d’actualité dans notre pays, quand la République souhaite museler l’école libre et remplacer le bocage vendéen par un aéroport démesuré. Le sociologue Jean-Pierre Dupuy, un des principaux disciples d’Illich revendique l’héritage de son maître, de même que certaines chapelles d’écologistes. Beaucoup de décroissants s’en revendiquent, certains sont légitimes, d’autres, fieffés étatistes ou écocentristes incurables, moins. Sa pensée mériterait d’être étudiée par tout ennemi de la civilisation des machines et par tout écologiste intégral consciencieux.

Bibliographie

La carrière d’écrivain d’Illich dure 20 ans, de 1971 à 1991. En 1971 sort Libérer l’avenir, expliquant les raisons de son départ de l’Église (Illich a défroqué en 1966), tout en constituant une sorte d’introduction à ses œuvres futures. La même année sort Une société sans école, ouvrage critiquant le système scolaire, présenté comme un frein à la curiosité personnelle et à l’apprentissage traditionnel de maître à élève. En 1973 sortent deux ouvrages importants : La Convivialité et Énergie et équité. Le premier est la synthèse des travaux du CIDOC par Illich, le second une critique de l’inégale répartition de l’énergie comme cause de la misère mondiale. Enfin, en 1975 Némésis médicale vient attaquer frontalement la médecine moderne, intouchable dés lors.
En 1976 le CIDOC est liquidé par Illich, qui retourne en Europe. La suite de son œuvre est d’un autre ton, bien plus marquée à gauche et parfois très discutable. Le chômage créateur (1977), postface de La Convivialité développe la notion de monopole radical, jusqu’à accuser l’Église d’être à l’origine de ces institutions modernes qui rendent obligatoire leur médiation. Le Travail fantôme (1981), traite de la dépendance de l’emploi moderne au travail non rétribué. Le Genre vernaculaire (1983) est un essai philosophique sur la notion de genre. H2O ou les eaux de l’oubli (1988) retrace l’histoire de l’eau, jusqu’à la société industrielle qui l’accapare. ABC, l’alphabétisation de l’esprit populaire (1990) est une critique de l’alphabétisation qui a tué l’oralité. Enfin Du lisible au visible, la naissance du texte (1991) est une critique du Didascalicon de Hugues de Saint Victor. La correspondance d’Illich est à ce jour inédite.

L’état brade nos données

« La France porte une tradition de transparence démocratique et de partage des informations détenues par la puissance publique. » Ne riez pas, il s’agit des premiers mots de la très sérieuse déclaration du gouvernement sur l’ouverture des données publiques. Notre pays va d’ailleurs prendre la tête du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) en octobre prochain. L’ouverture et la transparence comme remède au complexe démocratique de la république ? Tout un programme.main

L’ouverture des données publiques est constamment demandée tant à gauche qu’à droite. Les premiers soutiennent que l’accès aux données publiques est un enjeu démocratique, inscrit dans les Droits de l’Homme, les seconds veulent dynamiser l’économie en injectant les données publiques dans un marché déjà fort lucratif. Les plus radicaux des deux camps vont même jusqu’à exiger la fin du secret d’état, qui mettrait gravement en danger les capacités stratégiques de celui-ci.

Cela va sans dire que tout politique d’ouverture de données multiplie forcément le nombre d’accès aux systèmes d’information, donc le coût en infrastructures. Une aubaine pour les constructeurs, les équipementiers et les SSII. Cela n’étonnera donc personne que les deux plus généreux donateurs du PGO soient la fondation Hewlett et le réseau Omidyar[1].

L’ouverture des données publiques se révèle une manne pour les entreprises : Incapable depuis des années d’en faire quelque chose d’utile, l’état va ouvrir diverses données, donc permettre au privé de les utiliser à but lucratif. Une fois les données mises en ligne, y compris si l’état tente d’en restreindre l’accès, le monde entier pourra les copier, les stocker et les traiter. Internet n’a pas de frontières, ni de droit de retrait.

Ces données « publiques », en réalité les données des français, vont être livrées au monde marchand et à l’étranger, par décision unilatérale de l’état. Elles seront au départ très incomplètes, mais de plus en plus de points d’entrée (API) vont être créés, livrant toujours plus de données. De surcroit, l’état s’introduit de plus en plus profondément dans la vie privée des français. Chaque nouveau rôle que se donne l’état, c’est aussi de précieuses données qui viennent enrichir ses bases. Pour l’instant la CNIL veille au grain quant à l’anonymisation des données. N’oublions pas qu’elle n’existe que grâce à la volonté de l’état. Déjà très critiquée par ceux qui souhaitent libéraliser le marché de la donnée, elle pourrait tôt ou tard céder. Rien n’interdit non plus à l’état de vendre des jeux de données au privé ou de fournir des données à des entreprises, dans le cadre de partenariats public-privé, cela se voit avec EDF.

La confiance que les français plaçaient dans l’état, concernant les informations qu’ils lui livraient (de gré ou de force) est trahie. Le citoyen devra se consoler au choix avec des droits de l’homme mieux respectés ou bien des points de croissance dont il ne verra pas la couleur.

[1] La fondation Hewlett a été fondée par l’ancien PDG de HP, le Omidyar Network par le fondateur d’eBay.

Vincent Desportes : La voix de la Grande Muette

Je me suis rendu, en tant qu’ambassadeur du Portail de l’IE, à la conférence du Général Vincent Desportes autour de son livre La dernière bataille de France.

desportes

Le général débute sa conférence par un effrayant portrait de l’armée française, parent pauvre de la république. Meurtrie par des politiques incapables de se projeter dans le long-terme, affaiblie par un budget anémique et démantelée par l’absurdité bureaucratique, notre outil de défense est bien malade.

Le général poursuit son propos en tentant d’expliquer les raisons de ce déclin de l’armée. Pour lui, elles sont multiples : la bureaucratie et ses conséquences ont fondu sur les militaires : technologisme, rigidité, absurdité et réformite. La dissuasion nucléaire a servi de prétexte pour faire fondre les budgets conventionnels. Le pacifisme et l’antimilitarisme, déjà hors d’âge pendant la guerre froide, continuent d’être présents dans les plus hautes sphères de la république, à gauche comme à droite. Enfin, les français vivent dans l’illusion que l’Oncle Sam reviendra nous sauver, à moins qu’une chimérique défense européenne n’émerge après 60 ans de coma.

Le général Desportes termine sa conférence en exhortant les français à se réveiller. Ils doivent exiger leur protection, qui leur est due par l’état. Le régalien n’aura jamais été aussi ignoré qu’aujourd’hui. L’armée est l’assurance de la nation, ça n’est pas le jour où un problème survient qu’il faut s’en soucier. Sans l’armée Japonaise, Fukushima aurait été bien pire. Sans épée, les valeurs sont de vains mots. Si nos valeurs reculent y compris chez nous, une des causes est l’affaiblissement du militaire.

Avec un budget de 1.51% du PIB, notre armée n’aura bientôt plus la capacité pourtant cruciale de se projeter en opérations extérieures. L’armée manque d’hommes et d’argent, les exigences politiques n’arrangent rien : plus notre armée se projette en OPEX, plus elle s’appauvrit, ce temps et cet argent est pris sur la maintenance et l’entraînement. L’opération Sentinelle, véritable gâchis d’argent public (d’autres peuvent parfaitement remplir cette mission, un soldat coûte trop cher pour faire le guet dans la rue), empire la situation. La somme rendue aux armées après Charlie ne change rien : c’est un adoucissement du coup de rabot qui ne rattrapera pas 25 ans de disette budgétaire.

Il dénonce des conduites d’opérations parasitées par les politiques. On ne dimensionne plus une opération en fonction des besoins stratégiques, mais en fonction de l’argent disponible. Les économies de bout de chandelle, souvent périlleuses pour les soldats, sont légion : lorsqu’un soldat pose son pied en terre étrangère, l’objectif n’est plus de remplir la mission, mais de le rapatrier le plus vite possible, afin de faire des économies. Ses camarades restés sur le terrain courent un risque majoré. L’opération Sangaris est un cas d’école : 3500 hommes et 8 hélicoptères pour couvrir un territoire de la taille de l’Europe.

Les politiques sont également responsables d’avoir jeté en pâture l’armée aux bureaucrates. La LOLF a fait disparaître l’État-Major des décisions budgétaires : le chef d’état-major seul est codécisionnaire avec deux hauts-fonctionnaires. La RGPP a poussé à outrance la fusion interarmées des métiers. Or, souligne le général, un cuisinier au sol de l’armée de l’air n’a rien à voir avec un cuisinier de l’armée de terre, qui peut cuisiner en pleine bataille ! La matricialisation des armées a supprimé le lien hiérarchique unique au profit d’une irresponsabilité générale. Le larcin de Miramas, où aucun responsable n’a été trouvé illustre bien le problème. Enfin, le DRH des armées est un civil : tout un symbole.

Le lien complexe entre une armée anémique et un complexe militaro-industriel devant être bénéficiaire pour survivre ont créé un autre monstre : le technologisme. Pour que l’industrie militaire française, gage d’indépendance, survive, l’armée doit commander toujours plus de nouveaux matériels. Or l’armée n’a pas les moyens d’équiper toutes ses unités. La solution trouvée est de diminuer la taille des corps d’armée en fonction du nombre d’équipements dernier-cri que l’on peut se payer. Or la matière première d’une armée c’est l’homme, pas le matériel. Sous une certaine masse critique, une armée passe en état d’insignifiance stratégique.

Pour toutes ces raisons, l’armée française est devenue une armée coup de poing, frappant brièvement mais s’essoufflant vite. Cela conduit à des victoires tactiques mais à des échecs stratégiques. Cette demi-mesure permanente est une catastrophe : nous avons assez bombardé Daech pour provoquer le Bataclan et Bruxelles, pas assez pour les atteindre.

Le général le rappelle : l’armée correspond à la vision militaire du chef d’état. Or les chefs d’état récents n’en ont pas eu. Ils n’ont jamais eu non plus de vision globale de l’appareil militaire, souvent par manque total d’intérêt pour la chose. Ce qui n’empêche pas les chefs d’état d’intervenir à l’extérieur, pour des raisons souvent situées dans le court-terme et sans donner à l’armée les moyens d’intervenir. Pour le général Desportes, un pays comme le nôtre devrait consacrer 3% de son PIB à son armée. Nos interventions fréquentes à l’étranger et la taille de notre zone maritime le justifient.

Alors que le monde d’aujourd’hui est plus belliqueux et chaotique qu’il ne le fut pendant la guerre froide, les budgets diminuent. Un pacifisme et un antimilitarisme d’un autre âge continuent de hanter les couloirs des ministères : le soldat dérange car il rappelle le tragique du monde. Le pouvoir, de droite comme de gauche, craint l’armée car le souvenir du Putsch des Généraux de 1961 est encore vif. Enfin, le système politique actuel n’arrive pas à faire émerger la stabilité nécessaire à l’armée. Ce que font les uns est défait par les autres, au gré des changements de majorité.

Le parapluie américain se referme, pourtant les français croient encore que l’Oncle Sam reviendra les sauver en cas de pépin. Le général Desportes piétine cette illusion : le soldat Ryan ne reviendra plus mourir pour sauver l’Europe. Les intérêts économiques américains ont changé, de même que l’ethnie dominante. Les caucasiens seront bientôt minoritaires et ni les latinos, ni les noirs n’identifient l’Europe comme leur « Grand-Mère patrie ».

La défense européenne, seconde illusion française n’a que peu de chances d’émerger un jour. Elle n’a même aucune chance d’émerger sans une armée française saine et forte. En détruisant l’armée, ceux qui croient en la défense européenne nuisent à leur propre cause. L’addition des faiblesses n’a jamais fait de forces. De plus, l’Union européenne, en voulant syndicaliser les armées, ne chemine pas vers un système de défense efficace.

La troisième illusion française est la dissuasion nucléaire. La Bombe est utilisée comme prétexte pour faire baisser les budgets conventionnels. Sauf que personne n’a jamais vu une tête nucléaire libérer des otages ! Les dirigeants oublient souvent que la dissuasion nucléaire n’est efficace que si le pays dispose de sa pleine autonomie stratégique. Or, notre armée dépend du ravitaillement américain pour intervenir. La dissuasion nucléaire est fortement handicapée aujourd’hui.

Le général clôt sa conférence en rappelant le rôle fondamental d’une armée, surtout dans un pays de tradition militaire comme la France. Il en profite pour exposer les enjeux de demain, qui rendront l’armée encore plus indispensable à la survie de notre pays.

L’armée, dit-il, est une assurance. Lorsque plus rien ne fonctionne dans un pays, l’armée est là. Le rôle de l’armée japonaise après la catastrophe de Fukushima ou bien le rôle de l’armée française après Xynthia le prouvent. Ça n’est pas le jour où nous sommes en danger mortel qu’il faut songer à prendre sa police d’assurance. Une armée est un outil qu’il est facile de briser mais difficile d’aiguiser. 25 ans de destruction ne se rattrapent pas comme cela.

L’armée est aussi un pilier de la nation. Sans épée pour les protéger, les valeurs sont de belles paroles. Si les valeurs françaises refluent, y compris chez nous, le déclin de l’armée y est pour quelque chose. Si nous voulons exister, l’état doit à nouveau se concentrer sur le régalien, si longtemps délaissé.

La France est en danger de mort prévient le général : dans 20 ans, 1 milliard d’Africains de plus seront nés. Si l’Afrique n’est pas stabilisée, ces africains ne resteront pas en Afrique. L’actuelle crise des migrants paraîtra ridicule à côté de ce tsunami. De par son histoire, c’est à la France d’aider ce continent à se stabiliser, aucune autre puissance ne le fera. Il faut rompre la politique amorcée par Mitterrand à La Baule. Cela requiert une armée saine et nombreuse.

Enzo SANDRE

Éric Delbecque : Idéologie sécuritaire et société de surveillance

Nous sommes tous Big Brother ! C’est l’audacieuse thèse d’Éric Delbecque développée dans son dernier essai : Idéologie sécuritaire et société de surveillance.

Il n’y a pas selon l’auteur d’idéologie sécuritaire à proprement parler, portée par une poignée d’idéologues à la tête de l’État. Pour lui, le problème est plus profond : la mort de l’idée de Progrès, énergie vitale des sociétés occidentales depuis les Lumières, a plongé les Occidentaux dans un malaise profond. Sans futur, sans projet fédérateur, les Occidentaux se replient sur eux-mêmes et forment une société de défiance permanente.

La peur dans la société du spectacle

L’auteur commence par un constat : le monde n’est pas plus violent aujourd’hui qu’hier, mais la violence a changé de forme. On peut dire sans risque que le niveau de violence des sociétés européennes a diminué depuis deux siècles. En revanche ça n’est pas le cas dans le reste de monde. De plus, des foyers d’ultra violence ont émergé, laissant croire à un ensauvagement généralisé.

Le plus grand changement du XXème siècle est la diminution des violences entre États. Lors d’une guerre, les camps sont clairement définis et l’attention est focalisée sur l’ennemi du dehors. L’ennemi commun soude les communautés. En temps de paix prolongée comme actuellement, la violence du quotidien monopolise les esprits. L’ennemi n’est plus en face : il est potentiellement partout. Le paradoxe de Tocqueville vient renforcer cette peur de l’ennemi intérieur : moins il y a de violence dans une société, moins la violence résiduelle est tolérée.

À cela viennent s’ajouter les exigences de la société capitaliste : il faut une population aussi obéissante dans le travail que dans la consommation. Nous vivons dans une sorte Meilleur des mondes qui se serait mélangé à un 1984 orwellien. Le soma qu’est l’hédonisme ne suffit pas à contrôler les populations, il faut également instrumentaliser la peur, en faire un spectacle au sens où l’entend Guy Debord. Désormais le crime est médiatisé, scénarisé afin de divertir. La boucle de la décadence est lancée : le plaisir conjure l’angoisse, la violence-spectacle la ramène. Si cela peut en plus faire les affaires d’un business de la sécurité, c’est encore mieux.

Sortir de cette boucle nécessite une stratégie que seul le politique est apte à proposer. Or le politique est lui aussi embourbé dans les conséquences de la mort du Progrès.

La putréfaction sécuritaire du politique

Le clivage droite-gauche est devenu illisible, faute de clivage fort, nous dit l’auteur. Plus rien ne distingue la gauche de la droite : cette dernière s’est complètement ralliée à l’idée de Progrès, au système capitaliste, à la République et à la laïcité. Seuls les extrêmes tirent leur épingle du jeu, en gardant des bribes des clivages qui, autrefois, définissaient la gauche et la droite.

Second constat : un certain malaise démocratique. L’auteur dresse un tableau quasi-maurrassien de la république actuelle : les politiques sont impuissants, ils ne représentent personne ; les français sont désunis par une guerre permanente entre les partis ; les luttes partisanes obligent à prendre des positions radicales au détriment des nuances constructives ; la moindre prise de position hétérodoxe change le débat en Procès de Moscou ; l’électoralisme pousse les dirigeants politiques au cynisme ; il n’y a plus de chef d’État à la tête du pays mais un chef de parti ; des élites (pays légal) dirigent un peuple (pays réel) sans avoir aucune idée de ses préoccupations ; les élections interdisent toute projection dans le temps long, pourtant apanage du politique.

Bref, le politique en France est bien malade. Les maux qui l’accablent ont l’effet dévastateur d’ôter tout espoir à un peuple déjà abattu par la mort du Progrès. La société devient encore plus inquiète et craint des temps difficiles. De telles périodes dans l’histoire ont toujours fait émerger des boucs émissaires, des ennemis de l’intérieur qu’il convient de traquer.

Il n’y a pas d’idéologie sécuritaire soutient Éric Delbecque. La société de surveillance n’est que le miroir de notre propre méfiance collective. Les mêmes causes à une époque technologiquement moins avancée avaient provoqué la chasse aux sorcières, folie collective où de petits juges laïcs brûlaient les malheureuses désignées comme boucs émissaires. Aujourd’hui la société a remplacé le bûcher ponctuel par des caméras omniprésentes. Tout le monde est suspect, tout le monde doit être surveillé.

Retrouver du sens ?

L’auteur appelle les sociétés occidentales, la France en particulier, à retrouver du sens grâce à un projet fédérateur. A la fin de cet essai fortement influencé par les non-conformistes des années 30 (Mounier, Maulnier, Aron), plus particulièrement par la Jeune Droite, l’auteur appelle la France au relèvement. Il ne souhaite pas plus le retour du progressisme béat, appelé par Michéa « Complexe d’Orphée », que celui d’un conservatisme poussiéreux comme le XIXème en eût le secret.

Éric Delbecque souhaite l’avènement d’une troisième voie, entre progressisme et conservatisme, un système politique capable d’avancer, sans pour autant se précipiter. Un système ayant les reins assez solides pour prendre son temps. Il souhaite surtout un souffle, un projet national capable de fédérer les Français et de les sortir de la dépression nationale.

L’auteur ne précise hélas pas quel pourrait être un tel système, ce qui pourrait être un excellent sujet pour un prochain ouvrage. Vu la pertinence de celui-ci, nous l’attendons avec impatience.

Enzo Sandré