Le vice-amiral Coustillière se fiche des backdoors

La nomination du vice-amiral Coustillière comme DGSI[1] du MINDEF est mal passée auprès de certains experts français de la cybersécurité. En cause : une déclaration datant d’un an dans laquelle le gradé déclare que les principales failles de sécurité ne viennent pas des portes dérobées[2] introduites dans les logiciels de Microsoft et qu’il « se fout de ce débat ».

Au-delà de son manque de subtilité, l’Amiral n’a peut-être pas tort. Dans le cadre de l’OTAN, nos systèmes militaires n’ont en théorie rien à craindre des américains, nos « amis ». Il est même plus utile que tous les pays alliés travaillent sur une base logicielle commune.

Si la souveraineté de la France intéresse tant les experts de la cybersécurité française, qu’ils demandent d’abord la sortie de l’OTAN, ils n’en seront que moins hypocrites.

Enzo Sandré

[1] Directeur général des systèmes d’information

[2] Failles de sécurité intentionnellement introduites par l’éditeur du logiciel, notamment sur demande de services de renseignement (NSA, CIA …)

La Puissance moderne

Recension d’un ouvrage de Raphaël Chauvancy – La Puissance moderne, aux éditions Apopsix


Retournons à une période clé de notre histoire : le règne de Louis XVI. La France est devenue la première puissance mondiale, grâce à une ambitieuse politique de guerre économique. Son armée de terre est la plus puissante d’Europe et les efforts de Vergennes ont porté leurs fruits sur mer : la flotte française pèse suffisamment pour infliger de sérieux revers à la perfide Albion, entamant son commerce sur la route des Indes. On le sait depuis Thucydide : on ne peut vaincre une puissance maritime que par la mer.

La diplomatie de la France est une merveilleuse machine à créer l’équilibre. Ayant bien compris qu’une puissance détruite cherche à se venger, la France réussit par de subtils jeux d’alliance à contenir les visées déraisonnables de ses voisins. Le royaume est allié à l’Espagne, par le sang, à la Hollande par anglophobie et à l’Autriche, par ruse.

A l’exception notable du redressement de la Royale, tous ces succès ne sont hélas que l’œuvre d’habiles et patients ministres. Louis XVI savait s’entourer pour compenser sa bonhommie. Les qualités qui font un admirable humain sont hélas des marqueurs de faiblesse pour un souverain, qui ne peut se permettre la gentillesse. La realpolitik française est morte avec Vergennes, quand le Bon Louis jugea pertinent de faire arbitrer la guerre civile en cours chez son allié Hollandais par l’Angleterre et la Prusse. Tout le jeu d’alliance français s’est effondré comme un parcours de dominos après cela. Ce fut le premier clou sur le cercueil de la dynastie Capétienne.

La France de Louis XVI était une cocotte-minute prête à exploser. La paix venait de la prospérité, car chacun avait d’excellentes raisons d’espérer mieux pour ses enfants. La Royale en pleine expansion était le formidable ascenseur social que l’armée de terre, sclérosée par la noblesse, avait cessé d’être. Le commerce florissant occupait les bourgeois, les détournant de leur jalousie envers les nobles. Le peuple était occupé à assimiler les techniques nouvelles, découvertes en France ou pillées aux Anglais par les agents de la guerre économique française. Hélas la prospérité était un exutoire, non une solution. La débâcle diplomatique provoquée par Louis XVI après la mort de Vergennes allait siffler la fin de la trêve intérieure.

La diplomatie équilibrée de la France, trop novatrice à l’époque où la puissance se comptait en hectares, n’avait pas valu au royaume que des amis. L’Europe n’aimait pas cette France médiatrice et pacificatrice, qui frustrait leurs envies de conquête. L’Angleterre avait échappé de peu à la perte de son statut de première puissance maritime. L’Europe fut trop heureuse de jeter de l’huile sur le feu pour embourber la France dans une révolte intérieure.

Toutes les composantes de la société française avaient des raisons de vouloir un changement radical. Louis XVI, grand conciliateur dans l’âme et montagne de bonté se trouvait bien seul à Versailles pour gérer une situation nécessitant de la poigne. Il fut incapable d’être le chef fort dont les français avaient besoin et le paya de sa vie. Telle une étoile en fin de vie, la France s’embrasa violemment, utilisant les réserves patiemment construites par la monarchie dans un grand éclat qui allait détruire l’Europe et laisser notre pays exsangue. La puissance accumulée par la France ne fut jamais autant visible que pendant sa chute.

Le livre de Raphaël Chauvancy explique à merveille les clés de la puissance française à l’aube de la Révolution. Très facile d’accès il n’en est pas moins très complet.

Enzo Sandré

Industrie et énergie : dépendances

Introduction du dossier « L’avenir de la production d’énergie » coordonné par mes soins


Taquinons un peu nos bons écologistes, par ailleurs adeptes du « Progrès » et du « sens de l’histoire » : avant la Révolution Industrielle, la production énergétique était 100% renouvelable !

L’homme connaît l’existence du charbon et du pétrole depuis le néolithique. Il faut attendre l’âge industriel pour qu’il devienne une ressource énergétique nécessaire à l’industrie. Historiquement, le charbon a sauvé les forêts françaises d’un abattage méthodique, pour nourrir le Moloch industriel. Plus tard sont apparus le pétrole et le gaz, qui n’ont jamais diminué la part du charbon dans le mix énergétique mondial. Le nucléaire vint s’additionner.

La part d’énergie dite renouvelable est ridicule. Le sens de l’histoire semble aller vers leur disparition, au profit de ressources de plus en plus denses en énergie. S’il y a un sens à l’histoire, l’avenir se trouve dans les centrales à fusion, non dans les panneaux solaires personnels.

Nous avons l’effronterie de ne pas croire que l’histoire ait un sens. Nous comptons bien dans ce dossier renvoyer dos à dos les écologistes et le cartel des énergéticiens. La centralisation de la production d’énergie n’est pas plus une fatalité que le retour à un passé fantasmé fait de silex entrechoqués et de feux d’excréments.

A l’âge des machines, celui qui produit l’énergie détient le pouvoir. Une production centralisée aux mains de l’État ou d’un cartel va inévitablement centraliser la société bien plus profondément que n’importe quelle idéologie politique. Pour libérer l’avenir, il est urgent de proposer des solutions réalistes de décentralisation. Les écologistes avec leur photovoltaïque ruineux, leur antinucléarisme de slogans et leur catastrophisme sur la fin imminente du pétrole représentent un épouvantail idéal. Il est impossible de bâtir l’avenir avec des bouffons aussi caricaturaux, ils ouvrent un boulevard aux industriels du nucléaire et aux escrocs de la fusion, ravis d’avoir en face d’eux d’aussi ridicules adversaires. Il est temps de bâtir un contre-discours sérieux sur l’énergie, laissant s’exprimer tous ceux qui refusent de participer à cette mascarade. Nous ne sommes pas obligés de choisir entre l’EPR et les éoliennes.

Enzo Sandré

La décentralisation énergétique, un projet au bénéfice du localisme ?

Article de Théophile Ducran-Lapoigne, faisant partie du dossier « L’avenir de la production d’énergie » coordonné par mes soins.


Le point de départ : la nécessité de réforme du système français

Au lancement de son programme nucléaire civil en 1958, les objectifs de la France étaient de se doter de capacités de production d’énergie à bas coût, en grande quantité, et sans que leur mise en place ni leur fonctionnement ne puisse opposer de quelconques menaces à l’indépendance nationale.
Cela fût fait. En 2017, la France est le pays d’Europe occidentale où l’électricité est la moins chère, et possède un parc nucléaire de 58 réacteurs répartis dans une quinzaine de centrales, ce qui en fait le pays le plus « nucléarisé » au monde par habitant.
Ainsi, ce système de grandes centrales, réparties inéquitablement sur le territoire, s’appuie sur un vaste réseau de transport et de distribution d’électricité.

Les activités de production, de transport, de distribution, et de fourniture d’électricité ont été déposées, à l’origine, entre les mains d’un « champion » national : Électricité de France.

Toutefois, ce système centralisé du « tout-nucléaire » présente aujourd’hui ses limites : du coût de démantèlement des centrales – qui ne sont, hélas, pas éternelles ! – à celui de gestion des déchets nucléaires, de nombreux obstacles s’accumulent au fil du temps.
En effet, pour des raisons propres à l’énergie nucléaire, mais aussi inhérentes à lui-même, le système français s’avère difficilement compatible avec les exigences écologiques contemporaines.
Par définition, un système centralisé offre un résultat puissant – et la France en sait quelque chose ! – mais génère inévitablement des pertes. A titre d’exemple, seule 1/3 de l’énergie brute produite par une centrale nucléaire est transformée en électricité – le reste étant évacué à travers les tours de refroidissement.
Compte tenu des exigences croissante d’économie d’énergie, un tel blocage apparaît comme de moins en moins acceptable.

De là, la décentralisation énergétique apparaît comme une solution viable sur les plans économique et écologique.
Cette notion peut se définir comme la distribution des capacités de production d’énergie par région, de manière à ce que les unités de production se trouvent géographiquement proches des consommateurs finaux, limitant ainsi l’utilisation du réseau de transport et offrant des capacités de résilience locale.

En effet, ce système comporte un certain nombre d’avantages qui lui permettraient de combler efficacement les lacunes de notre « tout nucléaire-centralisé » gaulois, et, sur le plan politique, d’encourager un retour au localisme.

Quel calendrier pour un nouveau système décentralisé ?

Il faut d’abord poser un premier axiome : le processus de transition énergétique, sera inévitablement accolé à la méthode de la décentralisation énergétique. Objectif et méthode s’accordent donc.

De plus, la transition énergétique vers des énergies vertes – ce que l’énergie nucléaire n’est pas, étant « décarbonnée » mais néanmoins productrice de déchets dangereux pour l’environnement et la santé – pourrait être achevée en France d’ici 2080.
La décentralisation énergétique n’est donc pas une solution sur-mesure applicable instantanément, mais résultera d’un processus national de long terme découlant de politiques publiques cohérentes.

Quels outils ?

Les énergies renouvelables portent un maître-mot : la résilience.
Par ce terme, il doit être entendu la résistance économique et humaine à l’absence de production d’énergie par une unité sur une courte période. En effet, la production d’énergie renouvelable dépend intégralement des conditions météorologiques du lieu où elles se trouvent.
Par conséquent, il n’est pas possible de prévoir avec certitude la production d’un parc solaire photovoltaïque, ni celle d’une ferme éolienne.
Cela suppose donc l’installation d’une variété de sources de production d’énergie, complémentaires entre elles.

La spécialisation au service de la variété

Chaque terre de France possède des caractéristiques naturelles différentes.
Ainsi, l’ensoleillement en Provence n’est pas le même qu’en Bretagne ; de même que l’Aquitaine, dont les côtes sont venteuses, n’a pas une activité géothermique aussi importante que celle du bassin parisien.
Ainsi, les capacités de production, mises sur pieds par région, devront répondre aux spécificités de l’écosystème local.

Un réseau de transport et de distribution renouvelé

Le système de production par région implique un renouvellement complet du système de transport et de distribution d’électricité. Jusqu’à présent, les lignes à haute-tension et très haute-tension partent des centrales, et sont connectées à des réseaux à basse-tension jusqu’à la fourniture finale. Ce système implique une logistique complexe, et des pertes notables, même s’il permet de « déplacer » l’électricité sur de longues distances.

Une production locale organisée selon une superposition des mailles territoriales

Une autre caractéristique majeure de la décentralisation énergétique est le régionalisme.
En effet, la production décentralisée ne doit pas devenir un ensemble de mini-systèmes centralisés, mais elle doit être organisée selon la superposition de mailles territoriales.
Ainsi, l’on pourrait aisément imaginer un système où 50% de la production serait mis à la charge des départements, et 25% à celle des régions et communes.
Cela étant, les communes bénéficieraient aussi du développement de la production domestique.

Le rôle de la production domestique

La production domestique, c’est-à-dire l’installation de capacité de production d’énergie directement au sein des foyers, devrait permettre de renforcer leur autonomie vis-à-vis des grands fournisseurs (EDF, Engie).
Cela étant, en subventionnant l’installation de telles capacités de production, les collectivités territoriales seraient en droit d’espérer un dopage de l’économie locale, notamment en matière d’emploi, voire de recherche.

Pour conclure, la question qui peut se poser est la suivante : dans quelle mesure la relocalisation des moyens de production d’énergie peut-elle avoir un impact sur le localisme politique ?

Toute activité commune étant source d’union, il est très probable que des populations, qui, au niveau local, se regroupent pour prendre en charge leur propres besoins en énergie, seront amenées à renforcer leur esprit de communauté, et, par extension, leur sentiment d’enracinement.
Reste à voir par quels biais politiques la décentralisation énergétique sera mise en place. Quoi qu’il en soit, il devrait être possible d’en tirer parti.

Théophile Ducran-Lapoigne

Crise de l’énergie ou énergie de la crise ?

Article de Richard Bulan, faisant partie du dossier « L’avenir de la production d’énergie » coordonné par mes soins.


Depuis le premier choc pétrolier, les discours alarmistes se répercutent sur les montagnes de la bien-pensance et de la vue court-termiste comme un écho dans une vallée trop encaissée.

Les matières énergétiques ne vont pas manquer dans des délais proches puisque même avec les politiques volontaristes actuelles, l’Agence Internationale de l’Energie prévoit une baisse des énergies fossiles de 82% en 1990 à 75% en 2040, ce qui est passablement ridicule. Ainsi, ce n’est pas une crise de l’offre, notamment avec l’arrivée de l’Iran qui a augmenté leur production de 500 000 barils/jours après la fin de l’embargo[1]. De plus, avec les prix de pétrole supérieur à 80 dollars de 2008 à 2015 ont permis l’industrialisation de processus complexes, engendrant des économies d’échelles, permettant l’augmentation de la production. La fracturation hydraulique connue depuis 1947 couplée aux forages horizontaux, développés eux depuis 1980, en ont profité permettant l’exploitation du pétrole de schiste. Ce dernier est particulièrement exploité par les Etats-Unis dont la production à augmenté de manière constante jusqu’à la chute des cours en 2015[2], et qui est repartie à la hausse au début de l’année 2017[3]. La production est maintenant est susceptible de passer de 200 000 à 500 000 barils/jours. De plus, les différents fonds souverains issus de pays pétrolier, comme l’Arabie Saoudite ou la Norvège ne prévoit pas une sortie de la consommation pétrolière, mais souhaite diversifier leur énergie pour limiter la pollution que cette consommation énergétique engendre.

L’offre de pétrole n’est pas à proprement parlé en crise, on est loin du pic pétrolier, avec le ralentissement de la croissance de la Chine, la volonté globale de limiter la volatilité du marché en lissant les cours avec les différents fonds souverains, ainsi que le développement de nouvelles techniques. Ainsi ce pic pourra arriver dans une dizaine d’année (vers 2030), avec une réduction drastique des ressources vers 2200 en ne prenant en compte que les réserves connues actuellement (certains états ayant une politique de secret concernant leurs réserves)[4].

Le passage à des techniques non pétrolière ou gazière va juste déplacer le problème sur des nouvelles matières. La France n’utilise que 51% d’énergie fossile dans son mix énergétique, si bien qu’elle est très dépendante de l’énergie nucléaire et donc du marché de l’uranium. Des questions similaires vont ainsi se poser pour l’ensemble des matière premières permettant la création d’énergie. Ainsi les énergies dites « renouvelables » utilisent également des minéraux comme les terres rares ou le cobalt, qui engendrera de nouvelles crises et de nouvelles périodes fastes dans une perspective « schumpeterienne ». La crise de l’énergie dispose en elle-même de l’énergie des crises futures …

Richard Bulan

[1] AFP, « L’Iran augmente sa production de 500 000 barils par jour », Les échos, 18 janvier 2016

[2] S. Cornot-Gandolphe, « La révolution des pétroles de Schiste aux Etats-Unis. Le test du business-model en cours », Notes de l’IFRI, janvier 2015

[3] E. Conesa, « Pétrole : l’Amérique prête à augmenter sa production », Les Echos, 29 décembre 2016

[4] B. Durand, « Pétrole, gaz et charbon : nature, mécanismes de formation, perspective d’avenir dans la transition énergétique », Association pour l’étude des pics pétrolier et gazier France, 31 mars 2017

Nouvelles subsidiarités : Quel est le rôle social des entreprises ?

L’entreprise au début de l’ère industrielle avait pour mission de fournir un bien ou un service de manière rentable. La main invisible du marché devait se charger de redistribuer les richesses, afin d’amener aux hommes bonheur et abondance. A l’époque il avait même été décrété que rien ne devait exister en dehors de l’entreprise, c’est dire si on y croyait. Adieu corporations, jurandes et autre reliquats d’une époque sombre. Le travailleur orphelin fut confié à sa marâtre : l’entreprise. Celle-ci devint le seul corps intermédiaire reconnu par la République.

ob_261c33_loi-le-chapelier2

Depuis, lorsque la société civile rencontre un problème, il est obligatoirement imputé à l’état ou aux entreprises, seuls corps sociaux significatifs. L’état répondra souvent par des lois qui vont s’accumuler. L’inflation législative va créer de nouveaux rôles à l’entreprise, pour lesquels elle n’est souvent pas outillée. A l’entreprise moderne, on demande d’être sobre en ressources, de ne pas polluer, de respecter les droits des animaux, d’insérer les personnes en difficulté, de ne pas discriminer les personnes transgenres issues de la diversité, de ne pas réduire ses salariés en esclavage et de ne pas trop escroquer ses clients, tout en restant rentable, rien que cela ! Tous ces rôles, autrefois assumés par des corps intermédiaires spécialisés, se retrouvent désormais dans l’indigeste notion de « Responsabilité sociétale des entreprises ».

L’entreprise n’a pas vocation à être l’avocat de la nature, la protectrice de la veuve intérimaire et du stagiaire orphelin ou la garante des règles de l’art. Son rôle est de produire de la richesse. L’état se fourvoie lorsqu’il greffe artificiellement des rôles sociaux à l’entreprise : elle cherchera toujours à les esquiver. L’entreprise doit avoir des responsabilités, mais elle ne saurait avoir un autre rôle que la création de richesse.

Les rôles sociaux doivent être joués par des corps intermédiaires dont l’intérêt intrinsèque est de les assumer, par exemple les corporations, les syndicats ou les corps territoriaux. Ces corps ne doivent surtout pas tirer leur pouvoir et leur légitimité d’une patente étatique, mais des personnes qui les composent. Ce sont les frictions entre ces corps intermédiaires arbitrées subsidiairement par le pouvoir politique, qui doivent définir les règles.

1155908_code-du-travail-pour-que-la-reforme-fonctionne-web-tete-021327785646_660x352p

En détruisant les corps intermédiaires, les libéraux ont créé une bombe à retardement : la société ne cesse pas d’avoir des revendications et faute d’exutoire, c’est l’entreprise qui doit y faire face. L’entreprise doit redevenir un corps social comme un autre si elle ne veut pas couler sous le poids des rôles artificiels que la société lui attribue. Son rôle privilégié en fait la cible des demandes les plus légitimes, comme les plus illégitimes. Le millefeuille règlementaire qui en résulte la tue.

Enzo Sandré

Vincent Desportes : La voix de la Grande Muette

Je me suis rendu, en tant qu’ambassadeur du Portail de l’IE, à la conférence du Général Vincent Desportes autour de son livre La dernière bataille de France.

desportes

Le général débute sa conférence par un effrayant portrait de l’armée française, parent pauvre de la république. Meurtrie par des politiques incapables de se projeter dans le long-terme, affaiblie par un budget anémique et démantelée par l’absurdité bureaucratique, notre outil de défense est bien malade.

Le général poursuit son propos en tentant d’expliquer les raisons de ce déclin de l’armée. Pour lui, elles sont multiples : la bureaucratie et ses conséquences ont fondu sur les militaires : technologisme, rigidité, absurdité et réformite. La dissuasion nucléaire a servi de prétexte pour faire fondre les budgets conventionnels. Le pacifisme et l’antimilitarisme, déjà hors d’âge pendant la guerre froide, continuent d’être présents dans les plus hautes sphères de la république, à gauche comme à droite. Enfin, les français vivent dans l’illusion que l’Oncle Sam reviendra nous sauver, à moins qu’une chimérique défense européenne n’émerge après 60 ans de coma.

Le général Desportes termine sa conférence en exhortant les français à se réveiller. Ils doivent exiger leur protection, qui leur est due par l’état. Le régalien n’aura jamais été aussi ignoré qu’aujourd’hui. L’armée est l’assurance de la nation, ça n’est pas le jour où un problème survient qu’il faut s’en soucier. Sans l’armée Japonaise, Fukushima aurait été bien pire. Sans épée, les valeurs sont de vains mots. Si nos valeurs reculent y compris chez nous, une des causes est l’affaiblissement du militaire.

Avec un budget de 1.51% du PIB, notre armée n’aura bientôt plus la capacité pourtant cruciale de se projeter en opérations extérieures. L’armée manque d’hommes et d’argent, les exigences politiques n’arrangent rien : plus notre armée se projette en OPEX, plus elle s’appauvrit, ce temps et cet argent est pris sur la maintenance et l’entraînement. L’opération Sentinelle, véritable gâchis d’argent public (d’autres peuvent parfaitement remplir cette mission, un soldat coûte trop cher pour faire le guet dans la rue), empire la situation. La somme rendue aux armées après Charlie ne change rien : c’est un adoucissement du coup de rabot qui ne rattrapera pas 25 ans de disette budgétaire.

Il dénonce des conduites d’opérations parasitées par les politiques. On ne dimensionne plus une opération en fonction des besoins stratégiques, mais en fonction de l’argent disponible. Les économies de bout de chandelle, souvent périlleuses pour les soldats, sont légion : lorsqu’un soldat pose son pied en terre étrangère, l’objectif n’est plus de remplir la mission, mais de le rapatrier le plus vite possible, afin de faire des économies. Ses camarades restés sur le terrain courent un risque majoré. L’opération Sangaris est un cas d’école : 3500 hommes et 8 hélicoptères pour couvrir un territoire de la taille de l’Europe.

Les politiques sont également responsables d’avoir jeté en pâture l’armée aux bureaucrates. La LOLF a fait disparaître l’État-Major des décisions budgétaires : le chef d’état-major seul est codécisionnaire avec deux hauts-fonctionnaires. La RGPP a poussé à outrance la fusion interarmées des métiers. Or, souligne le général, un cuisinier au sol de l’armée de l’air n’a rien à voir avec un cuisinier de l’armée de terre, qui peut cuisiner en pleine bataille ! La matricialisation des armées a supprimé le lien hiérarchique unique au profit d’une irresponsabilité générale. Le larcin de Miramas, où aucun responsable n’a été trouvé illustre bien le problème. Enfin, le DRH des armées est un civil : tout un symbole.

Le lien complexe entre une armée anémique et un complexe militaro-industriel devant être bénéficiaire pour survivre ont créé un autre monstre : le technologisme. Pour que l’industrie militaire française, gage d’indépendance, survive, l’armée doit commander toujours plus de nouveaux matériels. Or l’armée n’a pas les moyens d’équiper toutes ses unités. La solution trouvée est de diminuer la taille des corps d’armée en fonction du nombre d’équipements dernier-cri que l’on peut se payer. Or la matière première d’une armée c’est l’homme, pas le matériel. Sous une certaine masse critique, une armée passe en état d’insignifiance stratégique.

Pour toutes ces raisons, l’armée française est devenue une armée coup de poing, frappant brièvement mais s’essoufflant vite. Cela conduit à des victoires tactiques mais à des échecs stratégiques. Cette demi-mesure permanente est une catastrophe : nous avons assez bombardé Daech pour provoquer le Bataclan et Bruxelles, pas assez pour les atteindre.

Le général le rappelle : l’armée correspond à la vision militaire du chef d’état. Or les chefs d’état récents n’en ont pas eu. Ils n’ont jamais eu non plus de vision globale de l’appareil militaire, souvent par manque total d’intérêt pour la chose. Ce qui n’empêche pas les chefs d’état d’intervenir à l’extérieur, pour des raisons souvent situées dans le court-terme et sans donner à l’armée les moyens d’intervenir. Pour le général Desportes, un pays comme le nôtre devrait consacrer 3% de son PIB à son armée. Nos interventions fréquentes à l’étranger et la taille de notre zone maritime le justifient.

Alors que le monde d’aujourd’hui est plus belliqueux et chaotique qu’il ne le fut pendant la guerre froide, les budgets diminuent. Un pacifisme et un antimilitarisme d’un autre âge continuent de hanter les couloirs des ministères : le soldat dérange car il rappelle le tragique du monde. Le pouvoir, de droite comme de gauche, craint l’armée car le souvenir du Putsch des Généraux de 1961 est encore vif. Enfin, le système politique actuel n’arrive pas à faire émerger la stabilité nécessaire à l’armée. Ce que font les uns est défait par les autres, au gré des changements de majorité.

Le parapluie américain se referme, pourtant les français croient encore que l’Oncle Sam reviendra les sauver en cas de pépin. Le général Desportes piétine cette illusion : le soldat Ryan ne reviendra plus mourir pour sauver l’Europe. Les intérêts économiques américains ont changé, de même que l’ethnie dominante. Les caucasiens seront bientôt minoritaires et ni les latinos, ni les noirs n’identifient l’Europe comme leur « Grand-Mère patrie ».

La défense européenne, seconde illusion française n’a que peu de chances d’émerger un jour. Elle n’a même aucune chance d’émerger sans une armée française saine et forte. En détruisant l’armée, ceux qui croient en la défense européenne nuisent à leur propre cause. L’addition des faiblesses n’a jamais fait de forces. De plus, l’Union européenne, en voulant syndicaliser les armées, ne chemine pas vers un système de défense efficace.

La troisième illusion française est la dissuasion nucléaire. La Bombe est utilisée comme prétexte pour faire baisser les budgets conventionnels. Sauf que personne n’a jamais vu une tête nucléaire libérer des otages ! Les dirigeants oublient souvent que la dissuasion nucléaire n’est efficace que si le pays dispose de sa pleine autonomie stratégique. Or, notre armée dépend du ravitaillement américain pour intervenir. La dissuasion nucléaire est fortement handicapée aujourd’hui.

Le général clôt sa conférence en rappelant le rôle fondamental d’une armée, surtout dans un pays de tradition militaire comme la France. Il en profite pour exposer les enjeux de demain, qui rendront l’armée encore plus indispensable à la survie de notre pays.

L’armée, dit-il, est une assurance. Lorsque plus rien ne fonctionne dans un pays, l’armée est là. Le rôle de l’armée japonaise après la catastrophe de Fukushima ou bien le rôle de l’armée française après Xynthia le prouvent. Ça n’est pas le jour où nous sommes en danger mortel qu’il faut songer à prendre sa police d’assurance. Une armée est un outil qu’il est facile de briser mais difficile d’aiguiser. 25 ans de destruction ne se rattrapent pas comme cela.

L’armée est aussi un pilier de la nation. Sans épée pour les protéger, les valeurs sont de belles paroles. Si les valeurs françaises refluent, y compris chez nous, le déclin de l’armée y est pour quelque chose. Si nous voulons exister, l’état doit à nouveau se concentrer sur le régalien, si longtemps délaissé.

La France est en danger de mort prévient le général : dans 20 ans, 1 milliard d’Africains de plus seront nés. Si l’Afrique n’est pas stabilisée, ces africains ne resteront pas en Afrique. L’actuelle crise des migrants paraîtra ridicule à côté de ce tsunami. De par son histoire, c’est à la France d’aider ce continent à se stabiliser, aucune autre puissance ne le fera. Il faut rompre la politique amorcée par Mitterrand à La Baule. Cela requiert une armée saine et nombreuse.

Enzo SANDRE

Compte-rendu de la conférence : Pourquoi la puissance ?

Vendredi 9 octobre dernier, l’École de Guerre Économique et la revue Conflits démarraient un cycle de conférences sur la puissance. Le premier volet avait pour problématique « Pourquoi la Puissance ? ». L’intervenant, Gérard Chaliand est un géo-stratège, spécialiste de la guérilla et du terrorisme. Il nous a livré son analyse des grands conflits géopolitiques actuels, tout en gardant la puissance comme fil rouge. Résumé.

Gérard Chaliand

Puissance est un mot tabou dans le vocabulaire français. Sous prétexte que certains en ont abusé par le passé, nous serions condamnés, tels des feuilles mortes, à nous laisser emporter par le vent ! Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pendant que la France détruit sa puissance, d’autres font usage de la leur et abusent de notre faiblesse pour faire primer leurs intérêts chez nous. Perdre son rang parmi les puissances n’est pas anodin, un peuple qui refuse d’être puissant est condamné à perdre son influence puis à voir sa population s’appauvrir – en attendant la servitude.

L’Histoire regorge de puissances déclinantes, ayant perdu toute influence jusque chez elles. La Perse, la Chine, l’Inde ou la Turquie ne sont pas des émergents mais bien de ré-émergents, souligne le conférencier. La puissance n’est pas l’apanage des grands, qui peuvent être gênés ou rattrapés par de plus petits ensembles. La pugnacité compte plus que la taille disait le stratège hindou Kautilya, auteur du traité Arthashastra.

Aujourd’hui la France doit retrouver sa puissance, non seulement pour mettre fin au règne de l’étranger, mais également pour combattre la finance apatride, qui se verrait bien Calife à la place du Calife, décidant même de ce qui est souverain. L’intervenant a clos son propos en égrenant une liste de blocages imputables au calendrier politique : Obama prisonnier de ses promesses électorales sur la Syrie ou Hollande incapable d’assumer une guerre auprès de son électorat. Décidément, la démocratie a du mal avec la puissance : Les échéances électorales agissent comme un couperet sur une politique étrangère déjà bien falote.

La prochaine conférence du cycle « Puissance 21 » aura pour problématique « Qui détient la puissance dans le monde ? » par Pascal Gauchon, directeur de la revue Conflits. Plus d’informations sur le site de l’École de Guerre Économique (ege.fr).