Techniques au travail, Technique dans la Cité : Le mur de l’atelier devait-il tomber ?

Texte de mon intervention orale du 25 août 2018 au Camp Maxime Real del Sarte à Parigny.

Un lieu commun syndical voudrait que la séparation domicile/travail soit un acquis social, en permanence attaqué par le capitalisme vorace. C’est aller un peu vite aux conclusions. La thèse que je vais défendre est autre : il s’agit avant tout d’une affaire de Technique, non de politique.

Regardons l’histoire. Sans remonter à une Antiquité que je connais assez mal, au Moyen-Âge, à moins que vous soyez un marchand ou un transporteur, votre activité professionnelle se déroulait dans le cadre domestique. Le paysan travaillait à la ferme et l’artisan également sauf en cas de chantier. L’atelier ou le bureau étaient toujours à domicile. Vos collaborateurs étaient très souvent votre famille, l’épouse tenait la boutique et les comptes, les enfants étaient apprentis, chez leurs parents ou chez d’autres maîtres qui les logeaient. Le transport était lent et coûteux, la communication orale directe bien plus efficace.

La Renaissance connaît une première fissure dans le mur de l’atelier. L’apparition de l’horloge et de l’imprimerie séparent le cabinet du riche bourgeois, proche des lieux de pouvoir, de sa villa plus éloignée. En même temps, l’apparition du moulin à eau change les modes de production. L’Europe acquiert sa première source d’énergie pilotable centralisée (par opposition aux énergies fatales, vent par exemple et aux énergies décentralisées, comme le bétail). C’est désormais la disponibilité en ouvriers qualifiés qui limite la production. La Renaissance voit les maîtres-artisans se concentrer dans les manufactures, lieux optimisés pour une production à l’aide de machines-outils fonctionnant sur une source d’énergie puissante et centralisée.

Il faut attendre l’âge industriel pour voir le mur de l’atelier tomber à nouveau. Le gigantesque besoin de main d’œuvre et la faible vitesse des transports poussent les entreprises à loger leurs employés. A Nord c’était les corons dit la chanson, mais il n’était pas rare non plus que le capitaliste dorme à l’usine ou à la bourse. La seconde révolution industrielle voit l’apparition des banlieues pavillonnaires, véritables tissus adipeux des villes. La bagnole, si violemment dénoncée par André Gorz a permis l’éloignement géographique de la main d’œuvre.

Il faut attendre les années 2000 et Internet pour réunir à nouveau partiellement le domicile et le travail. Ces dernières années ont amplifié ce phénomène. Le cadre qui consulte ses mails dans le lit conjugal et le géant du web qui fait habiter ses salariés sur son lieu de travail participent du même phénomène. On notera aussi la mode des conciergeries d’entreprise, véritables auxiliaires de vie traitant le lavage, le repassage, la garderie, et j’en passe pour les salariés. Tout est fait pour maximiser le temps efficace du travailleur dans l’entreprise, souvent sous couvert de convivialité.

Notez que ces mutations ne sont pas une affaire de classe sociale ou de volonté politique. La caissière comme le trader sont touchés et même les patrons des GAFAM n’arrivent pas à complètement isoler leurs enfants de ces phénomènes. Les politiciens, tous pays confondus sont parfaitement désemparés face au phénomène. Instaurer un droit à la déconnexion est parfaitement vain face à l’ampleur de la déferlante. Dans une société technicienne, rien ne peut s’opposer à la marche de Technique, surtout pas le politique.

Toute technique modifie le rapport entre l’homme et le réel. Tout homme qui travaille produit des biens, des services ou des informations. Il est évident que toute technique modifiant la circulation des biens, des services ou des informations, modifiera très largement la société, mais plus particulièrement le rapport entre le domicile et le travail. Quand la transmission d’informations avec ses inconvénients est plus efficace que la rencontre physique avec le coût de transport, le domicile et le travail se séparent. Les technologies de l’information ont tendance à rapprocher le domicile du travail alors que les progrès dans les transports les éloignent.

Un autre phénomène modèle les rapports domicile/travail : la densité énergétique nécessaire au travail. Les concentrations manufacturières puis industrielles en sont des exemples : concentrez l’énergie, vous concentrez les lieux de travail de nombreux travailleurs en un point. Ce point n’est jamais le domicile d’un seul travailleur. Si les transports du moment ne permettent pas le déplacement pendulaire quotidien des salariés, les besoins de l’industrie les concentreront autour, voire dans l’usine. Les embouteillages chroniques de la Silicon Valley sont une des raisons qui poussent Apple et Google à loger leurs employés sur place.

Considérations sociales : est-ce souhaitable ?

Nous avons décrit ce phénomène comme étant cyclique et inéluctable si les technologies sont disponibles, étudions maintenant les avantages et les inconvénients de cette fusion entre domicile et travail, à l’heure actuelle.

Les principaux avantages de la chute du mur de l’atelier sont d’ordre écologiques : économies sur le trajet domicile-travail, diminution des surfaces de bureaux nécessaires et disparition des quartiers dortoirs. Le quartier redevient un lieu de vie, où les gens travaillent, habitent, commercent et se rencontrent. La souplesse dans son emploi du temps permet au travailleur d’avoir une activité associative et politique parallèle à son travail. La Cité renaît. Le télétravail permet des déplacements plus occasionnels du salarié à son lieu de travail, ce qui laisse sa chance à la ruralité. Un trajet quotidien de 2h est intolérable pour la plupart des salariés, il ne pose aucun problème pour une réunion hebdomadaire au siège de l’entreprise. Pour peu que la campagne s’équipe en télécommunications mobiles, elle attirera des cadres aisés capable de relancer l’économie locale. Enfin, la présence du travailleur à son domicile lui permet d’assumer un important travail fantôme, éducation des enfants, entretien du foyer, aide à la collectivité. Autant de tâches retirées au marché, rentrant donc à nouveau dans le champ du gratuit, ciment d’une communauté. Les familles éparpillées peuvent à nouveau faire souche si elles le souhaitent.

Cependant, ce tableau idyllique d’une France retrouvée ne doit pas occulter les inconvénients de l’absence de séparation entre domicile et travail. Le plus évident est la présence du patron dans la vie privée du salarié. Pire encore, la présence de votre moitié et de vos enfants en permanence sur votre lieu de travail. Des tyrans souvent contradictoires. Ensuite, le travail à domicile souffre de nombreux inconvénients pour qui travaille en équipe. Les télécommunications ne remplaceront jamais le contact humain direct, car elles réduisent bien souvent le langage à sa seule composante orale, occultant la gestuelle, le non-verbal, etc. L’absence de présence physique des collègues ne permet pas une véritable cohésion, autour de la machine à café ou de la pause de midi par exemple. La souplesse de l’emploi du temps a un revers : le manque de concentration. L’attention est sans cesse saisie par des taches multiples et le cerveau a besoin d’un temps non-négligeable pour se concentrer à nouveau après un changement de contexte. Le bureau permet plus facilement de se concentrer. Au domicile cela requiert une discipline monacale. Enfin, n’oublions pas le coût écologique des télécommunications, parfois bien plus élevé que les transports qu’elles remplacent. Le numérique vert est une vaste supercherie, le seul fonctionnement d’Internet est le premier poste de consommation d’électricité mondial. Ne parlons pas des ressources nécessaires à l’assemblage des ordinateurs, serveurs, routeurs et câbles.

A chaque métier son fonctionnement

Ma conclusion est d’abord un appel à ne pas être dogmatiques. Mes propositions vont être un appel aux professionnels mais aussi aux politiques.

Il est évident tout d’abord que certaines professions ne pourront jamais permettre une fusion domicile/travail, sauf à revenir aux heures les plus sombres de la Révolution Industrielle. C’est le cas pour tous les professionnels sur les chantiers, mais également dans l’industrie lourde. Les métallos, les mineurs de tungstène ou les constructeurs de missiles auront des difficultés à ramener le travail à la maison, vous en conviendrez. Cependant, cette concentration industrielle peut être réduite par un recours raisonné à une nébuleuse de sous-traitants plus petits et mieux répartis sur le territoire grâce aux technologies du transport et aux télécommunications. L’exemple du pôle aéronautique de Figeac doit servir de modèle.

Ma première proposition est de faire de la grande entreprise une affaire politique, soumis à un régime d’autorisation réservé aux seules industries de puissance. Les implications sociales, écologiques et géographiques de ces mastodontes sont trop lourdes pour être laissées à la seule loi du marché.

Pour toutes les autres entreprises, le choix doit être laissé aux salariés, sans régime incitatif dans aucun sens. Travailler chez soi ou à l’atelier doit être une liberté fondamentale et une responsabilité du professionnel. Chacun des modes de travail présente ses avantages et inconvénients, nous l’avons vu, seul le professionnel responsable sait quand rester à son domicile et quand se réunir dans les locaux de l’entreprise.

L’espace urbain doit être réorganisé pour faciliter ce choix. La mode des espaces de coworking doit se pérenniser afin de réduire la surface et donc l’empreinte écologique des bureaux. La rotation des salariés permet évidemment une réduction du nombre de bureaux utilisés en même temps. La numérisation des documents rend obsolète le bureau nominatif, servant également de zone de stockage. Ils sont amenés progressivement à être remplacés par des sièges minimaux, simples lieux de rencontre pour les parties prenantes de l’entreprise, plus que lieu de travail.

Au cœur des villes, il faut encourager les maires et cafetiers à recréer des espaces collectifs calmes et beaux : parcs, places ou bâtiments, équipés en WiFi et en tables, qui permettraient aux professionnels de recréer des communs, permettant autant de travailler que d’échanger et de prendre une pause. L’urbanisme des cubes de béton anonymes doit être démoli pour recréer des points de convergence.

Enfin, le raccordement des zones rurales à Internet doit être encouragé afin de redynamiser ces territoires. Des aides peuvent être accordées aux salariés pour l’installation d’un réseau haut-débit à leur domicile, par exemple. Il serait également temps d’ubériser les bus, pour créer un réseau de transports collectifs à la demande.

J’encourage chacun d’entre vous à porter ces propositions dans son entreprise ou dans sa mairie. Elles sont simples à mettre en œuvre, ne nécessitent que peu d’efforts des politiques et des patrons.

Enzo Sandré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *