Technocritique : quels ouvrages pour débuter ?

Cela fait trois mois que l’on me demande une liste d’ouvrages technocritiques, ou du moins expliquant le phénomène technicien de manière abordable. Pour me faire excuser, cette liste prend la forme d’un article. Ce sera sans doute incomplet, aussi je me réserve le droit d’éditer cet article au fil de mes lectures.

Quel impact les techniques ont sur nos vies, notre civilisation et notre avenir ? En préambule, avant d’aborder des ouvrages plus conséquents et plus nuancés je conseillerai de lire le manifeste de Théodore Kaczynski, La Société Industrielle et son avenir. Le style agressif et très clair permet une entrée en matière en même temps qu’une claque initiale. Le bluff technologique de Jacques Ellul et Une société sans école d’Ivan Illich permettront de nuancer l’impact initial du manifeste de l’Unabomber sans entrer cependant dans les ouvrages les plus denses de ces deux auteurs. Enfin, Georges Bernanos et son essai, La France contre les robots vient clore cette initiation. Ces quelques ouvrages fondamentaux devraient vous permettre de faire un tour général de la question.

Pour plonger plus dans le détail, Comprendre les médias de Marshall McLuhan est une brique de base aux côtés de l’imposant Technique et Civilisation de Lewis Mumford. Je conseille de lire ces deux ouvrages par petites séquences entrecoupées de fictions, tant ils sont indigestes. Jacques Ellul et Bernard Charbonneau ont respectivement écrit La Technique ou l’enjeu du siècle et l’État, ouvrages fondateurs de toute la technocritique. A cela on peut ajouter L’obsolescence de l’homme de Günther Anders, un essai d’une noirceur déprimante. Le rapport Meadows, vulgarisé par Jean-Marc Jancovici permet de saisir l’importance de la question énergétique, aux côtés d’Énergie et Équité d’Ivan Illich.

Si les fondements spirituels de la Technique vous intéressent, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme de Max Weber et Apocalypse du Progrès de Pierre de la Coste lieront la Technique à la question du libre-arbitre et de la grâce. Pour les catholiques, la lecture de deux encycliques est un passage obligé, même si parfois rébarbative, pour les repères qu’elles offrent : Rerum Novarum (Léon XIII) et Laudato Si (François). Les philosophes Fabrice Hadjadj et Hannah Arendt parlent sans cesse des rapports entre Technique et spiritualité, sans jamais leur dédier un ouvrage spécifique, il faut donc aller rechercher dans l’ensemble de leur œuvre une pensée pourtant riche et intéressante. Enfin, Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville permet d’aborder le volet théologique complexe de l’ouvre ellulienne.

Enfin, à ceux qui cherchent des solutions pour demain, je ne saurai trop conseiller La Troisième Révolution de Bruno Lussato et Éloge du carburateur de Matthew Crawford, tous deux présentant l’artisanat comme une solution à la Technique. Certains écrits de l’Encyclopédie des Nuisances et de Pièces et Main d’œuvre sont d’un grand intérêt quand ils ne tombent pas dans l’attaque stérile du Capital.

Je n’ai pas abordé les fictions, qui m’emmèneraient trop loin de mon sujet. Peut-être l’occasion d’un nouvel article ! Bonne lecture.

Enzo Sandré