Vers la fin (de la neutralité) d’Internet ?

Le 14 décembre 2017, la FCC[i] a officiellement mis fin à la neutralité du net. Hurlements du côté des « défenseurs des libertés » pro-neutralité, cris de joie du côté des « défenseurs des libertés » anti-neutralité. Cette décision n’est pourtant qu’un symptôme : la toile craque sous le poids des géants du web.

Le postier libre dans le monde libre

Revenons aux origines : Internet était un petit réseau reliant des utilisateurs de taille comparable, souvent à la fois clients[ii] et serveurs[iii]. Le réseau est conçu pour dissocier complètement la couche physique (transmission des informations) du transport (adressage, routage) et de l’information transmise. Pour prendre une image, n’importe quel colis bien adressé peut aller n’importe où en passant par un nombre indéterminé de bureaux de poste, qui communiquent entre eux comme bon leur semble (avion, barque, etc.). Implicitement, le postier n’avait pas le droit de discriminer le colis selon son origine, sa destination, son poids ou son contenu, par exemple en forçant les gros colis à prendre le bateau. Cette neutralité de fait d’Internet a permis son essor face aux réseaux concurrents.

Mon postier est surchargé

La neutralité de principe n’existait pas avant 2004, car elle allait de soi dans un réseau décentralisé. Quand la FCC adopte une déclaration sur la neutralité du net, il s’agissait déjà de sauver ce principe dans un réseau en cours de centralisation.

Les états, renseignement et justice en tête, ne pouvaient pas laisser cette immense cour de récréation sans surveillance. Avènement des pandémies informatiques, expansion du crime ou du simple délit contre le droit d’auteur : Internet devait être surveillé et censuré au besoin. Même les plus grands défenseurs de l’Internet Libre n’ont rien vu à redire. Certains hypocrites craignent une censure extra-légale par les opérateurs privés avec la fin de la neutralité. N’est-ce pas déjà le cas ? L’affaire Stormfront évoquée dans nos colonnes n’est pas autre chose, au nom de la lutte contre les discours de haine. Que dire des réseaux sociaux, véritables sous-réseaux d’Internet, qui censurent à tour de bras ?

Les nouveaux usages d’Internet ont polarisé le réseau : une multitude d’utilisateurs ne fournissant aucune ressource consommant des plateformes toujours plus fréquentées. Pour relier plusieurs villages autonomes, un réseau de petites routes fonctionne très bien. Autour d’une grande ville, vous devrez créer des autoroutes, des ponts, des métros. Internet fonctionne de la même manière. La polarisation crée de la centralisation, qui crée des coûts d’infrastructure.

L’infrastructure d’Internet est gérée par des transiteurs, dont les FAI[iv]. Ils doivent dimensionner la taille des tuyaux au volume qui y circule. Avec la neutralité du net, ils n’ont pas le droit de ralentir ou bloquer un flux sur la base de son contenu, de sa source ou de sa destination. Les transiteurs se voient obligés d’accepter le tout-venant et de dimensionner leurs infrastructures en conséquence. La neutralité du net a un effet pervers : elle permet un chantage des plateformes envers les transiteurs. Un exemple : YouTube est très apprécié des utilisateurs, qui se plaignent auprès de leur FAI à la moindre lenteur (« je paie pour ça »). Le FAI fait pression sur le transiteur pour augmenter la taille du tuyau le reliant à YouTube. Le transiteur doit réaliser des investissements assez lourds auquel YouTube refuse de participer, arguant que le tuyau bâti pour lui est neutre, donc théoriquement utile à tous. Les abonnements à la carte étant interdits par la neutralité du net, le coût est globalement répercuté sur l’utilisateur final.

Internet : une ressource

La fin de la neutralité du net va coûter cher aux plateformes comme YouTube ou Netflix, obligées de partager la facture de transit avec les utilisateurs qui les regardent. Pour la France, ce sera la seule conséquence de cette décision américaine, à moins que les autorités européennes ne décident d’en finir elles aussi avec la neutralité du net.

La fin de la neutralité est un symptôme de l’internet-marché : un portail de services à la carte. 5€/mois pour YouTube, 10€ pour Google, ne laissant pas de place en dehors des géants prêts à payer pour y figurer. L’utilisateur possèdera un simple terminal, sorte de smartphone verrouillé où l’on ajoute des applications.

L’avenir d’Internet est sombre, mais il est tout à fait probable qu’un autre réseau le remplace dans les années à venir. Il devra éviter les trois écueils qui tuent Internet : régulation des géants qui déstabilisent physiquement le réseau (GAFA, mais aussi FAI obèses), chiffrement intégral des échanges pour éviter les intermédiaires trop curieux et atténuation de la dichotomie client/serveur (P2P, réseau distribué).

La liberté du réseau a un prix, incompatible avec sa centralisation.

[i] Federal Communications Commission, l’autorité régulatrice des télécoms aux USA.

[ii] Le client demande une ressource sur le réseau

[iii] Le serveur fournit une ressource à la demande

[iv] Fournisseurs d’accès à Internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *