Se priver de machines pour un ascétisme moderne

Cet article est une recension du livre de l’abbé Philibert Rigaut, Le Bon Travail, publié aux éditions de Chiré


Jacques Ellul avait théorisé la non-puissance comme remède à la toute-puissance de la Technique sur nos vies. Cette solution est acceptable pour le protestant Ellul, elle ne saurait l’être pour un catholique : on se sanctifie en société et se couper du monde n’est aucunement de la charité. On attend encore une réponse catholique à la maladie technicienne. L’abbé Philibert Rigault dans son livre « Le Bon Travail », paru chez Chiré a le mérite de faire un premier pas dans ce sens.

« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » : tout l’ouvrage est centré autour de cette injonction divine tirée du livre de la Genèse. L’abbé Rigault en tire le raisonnement suivant : Dieu est omnipotent, il pourrait créer de rien ce que les hommes font de leurs mains. S’Il veut que les hommes travaillent, il doit y avoir une raison. Dieu est amour : cela doit forcément être pour nous rapprocher de Lui.

La machine permet à l’homme de réaliser sans effort un travail. Si la machine est moralement neutre, son usage peut parfois aller contre l’injonction divine, la rendant mauvaise.

Pour l’auteur, la vision du travail a changé à l’âge industriel. Nous sommes passés d’une société de bâtisseurs de cathédrales se sanctifiant par le travail à une séparation du temps de travail et du temps d’élévation spirituelle. Ce dernier est fréquemment remplacé par des loisirs, rendus nécessaires par un labeur aliénant et éreintant. L’homme moderne trouve normal de s’abrutir tout le jour pour gagner sa croûte, puis d’employer le temps restant à en réparer les dégâts physiques et spirituels.

L’abbé Rigault appelle les fidèles à faire de la privation des machines un ascétisme moderne, s’ajoutant au jeûne et à la prière. Chaque fidèle est appelé à faire des sacrifices, à remplacer la machine par l’humain dans un aspect de sa vie : labourer à la main plutôt qu’au motoculteur, renoncer à la voiture pour les petits trajets, rencontrer les gens plutôt que de leur téléphoner ; bref recréer un dialogue avec le réel.

On regrettera cependant que ce petit opuscule brillant soit entaché de formules repoussoirs dont seule la Fraternité Saint-Pie-X a le secret. L’excès gâche un raisonnement pertinent : si votre enfant allume lui-même la lumière, il est mal élevé ; de mon temps le nourrisson jouait avec une vieille casserole et c’était mieux ainsi et tutti quanti.

Enzo Sandré


Cet article est une recension du livre de l’abbé Philibert Rigaut, Le Bon Travail, publié aux éditions de Chiré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *