La Puissance moderne

Recension d’un ouvrage de Raphaël Chauvancy – La Puissance moderne, aux éditions Apopsix


Retournons à une période clé de notre histoire : le règne de Louis XVI. La France est devenue la première puissance mondiale, grâce à une ambitieuse politique de guerre économique. Son armée de terre est la plus puissante d’Europe et les efforts de Vergennes ont porté leurs fruits sur mer : la flotte française pèse suffisamment pour infliger de sérieux revers à la perfide Albion, entamant son commerce sur la route des Indes. On le sait depuis Thucydide : on ne peut vaincre une puissance maritime que par la mer.

La diplomatie de la France est une merveilleuse machine à créer l’équilibre. Ayant bien compris qu’une puissance détruite cherche à se venger, la France réussit par de subtils jeux d’alliance à contenir les visées déraisonnables de ses voisins. Le royaume est allié à l’Espagne, par le sang, à la Hollande par anglophobie et à l’Autriche, par ruse.

A l’exception notable du redressement de la Royale, tous ces succès ne sont hélas que l’œuvre d’habiles et patients ministres. Louis XVI savait s’entourer pour compenser sa bonhommie. Les qualités qui font un admirable humain sont hélas des marqueurs de faiblesse pour un souverain, qui ne peut se permettre la gentillesse. La realpolitik française est morte avec Vergennes, quand le Bon Louis jugea pertinent de faire arbitrer la guerre civile en cours chez son allié Hollandais par l’Angleterre et la Prusse. Tout le jeu d’alliance français s’est effondré comme un parcours de dominos après cela. Ce fut le premier clou sur le cercueil de la dynastie Capétienne.

La France de Louis XVI était une cocotte-minute prête à exploser. La paix venait de la prospérité, car chacun avait d’excellentes raisons d’espérer mieux pour ses enfants. La Royale en pleine expansion était le formidable ascenseur social que l’armée de terre, sclérosée par la noblesse, avait cessé d’être. Le commerce florissant occupait les bourgeois, les détournant de leur jalousie envers les nobles. Le peuple était occupé à assimiler les techniques nouvelles, découvertes en France ou pillées aux Anglais par les agents de la guerre économique française. Hélas la prospérité était un exutoire, non une solution. La débâcle diplomatique provoquée par Louis XVI après la mort de Vergennes allait siffler la fin de la trêve intérieure.

La diplomatie équilibrée de la France, trop novatrice à l’époque où la puissance se comptait en hectares, n’avait pas valu au royaume que des amis. L’Europe n’aimait pas cette France médiatrice et pacificatrice, qui frustrait leurs envies de conquête. L’Angleterre avait échappé de peu à la perte de son statut de première puissance maritime. L’Europe fut trop heureuse de jeter de l’huile sur le feu pour embourber la France dans une révolte intérieure.

Toutes les composantes de la société française avaient des raisons de vouloir un changement radical. Louis XVI, grand conciliateur dans l’âme et montagne de bonté se trouvait bien seul à Versailles pour gérer une situation nécessitant de la poigne. Il fut incapable d’être le chef fort dont les français avaient besoin et le paya de sa vie. Telle une étoile en fin de vie, la France s’embrasa violemment, utilisant les réserves patiemment construites par la monarchie dans un grand éclat qui allait détruire l’Europe et laisser notre pays exsangue. La puissance accumulée par la France ne fut jamais autant visible que pendant sa chute.

Le livre de Raphaël Chauvancy explique à merveille les clés de la puissance française à l’aube de la Révolution. Très facile d’accès il n’en est pas moins très complet.

Enzo Sandré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *