L’APRIL et son pacte du logiciel libre

C’est désormais une habitude : comme à chaque élection depuis 2007, l’association APRIL propose aux candidats de signer son Pacte du logiciel libre. Dans ce document minimaliste, les candidats s’engagent à ne pas voter de lois allant contre le logiciel libre s’ils sont élus. Se voulant le plus rassembleur possible, ce pacte ne rentre pas dans les querelles de licences ni dans les guerres de chapelles qui animent le monde du libre : son but est de sensibiliser les élus par un texte simple et compréhensible. L’initiative est prometteuse ; nous déplorons simplement les statistiques par parti, qui incitent les élus à parapher par discipline partisane plus que pour signifier des convictions personnelles. Nous regrettons également que les « coordinateurs » chargés de prendre contact avec les candidats soient trop souvent des militants de gauche, qui pratiquent un démarchage très sélectif, donnant l’illusion que seule leur famille politique s’intéresse au sujet du libre.

2 commentaires sur “L’APRIL et son pacte du logiciel libre

  1. Bonjour. Merci pour votre analyse et vos encouragements.

    Nous ignorons si la cinquantaine de contacteurs bénévoles sont des militants encartés. Il y a de tout et c’est bien. Souvent, le Pacte du logiciel est l’occasion de renouer avec une action politique, simple et transpatisane. Parfois plus sur une ou plusieurs cirsconscriptions plutôt que par parti. Quant à être de gauche, plusieurs partis de gauche ont inscrits les « logiciels libres » dans leur programme et c’est un parti de droite qui arrive en tête des signataires.
    Enfin, force est de constater que trouver les coordonnées de contact des candidats est incroyablement difficile.

    En conséquence, à l’arrivée, ça ne donne pas une répartition par parti équilibrée. Nous le déplorons aussi et faisons tout pour avoir le plus grand nombre de réponses de candidats.
    N’hésitez pas à venir contacter avec nous : http://candidats.fr/

    Pour rappel, le but du Pacte du logiciel libre est de sensibiliser les candidats aux enjeux des logiciels libres et de récréer du lien entre habitants et élus. Je confirme l’aspect neutre et non partisane de notre démarche. Nous contactons tous les candidats même si nous n’obligeons aucun participant à contacter un candidat dont il n’apprécie pas les idées.

    Librement 🙂

    Christian (Cpm)
    Co-animateur de la campagne Candidats.fr législatives 2017

    • Vous devriez prendre contact avec des centres de formation d’élus locaux, afin de demander un créneau pour sensibiliser au libre. La période électorale est un peu comme le rut chez les animaux : les candidats diront oui à tout mais n’écouteront pas ce que vous leur dites car ils sont sur-sollicités. Une action de fond pendant leur formation aurait sans doute plus d’impact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *