Nouvelles subsidiarités : Quel est le rôle social des entreprises ?

L’entreprise au début de l’ère industrielle avait pour mission de fournir un bien ou un service de manière rentable. La main invisible du marché devait se charger de redistribuer les richesses, afin d’amener aux hommes bonheur et abondance. A l’époque il avait même été décrété que rien ne devait exister en dehors de l’entreprise, c’est dire si on y croyait. Adieu corporations, jurandes et autre reliquats d’une époque sombre. Le travailleur orphelin fut confié à sa marâtre : l’entreprise. Celle-ci devint le seul corps intermédiaire reconnu par la République.

ob_261c33_loi-le-chapelier2

Depuis, lorsque la société civile rencontre un problème, il est obligatoirement imputé à l’état ou aux entreprises, seuls corps sociaux significatifs. L’état répondra souvent par des lois qui vont s’accumuler. L’inflation législative va créer de nouveaux rôles à l’entreprise, pour lesquels elle n’est souvent pas outillée. A l’entreprise moderne, on demande d’être sobre en ressources, de ne pas polluer, de respecter les droits des animaux, d’insérer les personnes en difficulté, de ne pas discriminer les personnes transgenres issues de la diversité, de ne pas réduire ses salariés en esclavage et de ne pas trop escroquer ses clients, tout en restant rentable, rien que cela ! Tous ces rôles, autrefois assumés par des corps intermédiaires spécialisés, se retrouvent désormais dans l’indigeste notion de « Responsabilité sociétale des entreprises ».

L’entreprise n’a pas vocation à être l’avocat de la nature, la protectrice de la veuve intérimaire et du stagiaire orphelin ou la garante des règles de l’art. Son rôle est de produire de la richesse. L’état se fourvoie lorsqu’il greffe artificiellement des rôles sociaux à l’entreprise : elle cherchera toujours à les esquiver. L’entreprise doit avoir des responsabilités, mais elle ne saurait avoir un autre rôle que la création de richesse.

Les rôles sociaux doivent être joués par des corps intermédiaires dont l’intérêt intrinsèque est de les assumer, par exemple les corporations, les syndicats ou les corps territoriaux. Ces corps ne doivent surtout pas tirer leur pouvoir et leur légitimité d’une patente étatique, mais des personnes qui les composent. Ce sont les frictions entre ces corps intermédiaires arbitrées subsidiairement par le pouvoir politique, qui doivent définir les règles.

1155908_code-du-travail-pour-que-la-reforme-fonctionne-web-tete-021327785646_660x352p

En détruisant les corps intermédiaires, les libéraux ont créé une bombe à retardement : la société ne cesse pas d’avoir des revendications et faute d’exutoire, c’est l’entreprise qui doit y faire face. L’entreprise doit redevenir un corps social comme un autre si elle ne veut pas couler sous le poids des rôles artificiels que la société lui attribue. Son rôle privilégié en fait la cible des demandes les plus légitimes, comme les plus illégitimes. Le millefeuille règlementaire qui en résulte la tue.

Enzo Sandré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *