L’informatique a-t-elle un avenir ?

bougie

Récemment, le président Barack Obama a accordé un entretien au magazine Wired[i], sur la robotisation, l’Intelligence Artificielle et la réduction du temps de travail. Le président américain prédit un avenir ou le travail humain sera remplacé progressivement par des machines, et les bénéfices reversés à la société toute entière. Un discours vieux de deux siècles, sans cesse remis au goût du jour[ii].

De notre point de vue, un futur où le travail est robotisé n’est absolument pas crédible. Nous allons même plus loin, en déclarant que dans la majorité de ses usages actuels, l’informatique n’a aucun avenir. Le monde de demain sera contraint en énergie, soit par manque de ressources, soit afin de ne pas dérégler massivement le climat. La plupart des spécialistes s’accordent à le dire : les énergies fossiles en général et le pétrole en particulier, voient déjà leur production décroître[iii] et ni les renouvelables, ni la fusion ne viendront nous sauver dans les prochaines décennies[iv]. La récession actuelle est donc là pour durer, balayant sur son passage tout l’accessoire.

Soyons clairs : l’informatique n’est pas économe. Les immenses fermes de serveurs, les innombrables routeurs assurant le transit mondial des données, les nombreux ordinateurs personnels et autres gadgets connectés consomment environ 10% de l’électricité mondiale[v], soit l’équivalent de la production d’électricité nucléaire.

Les utilisations de cette technologie sont, pour la plupart, soit énergivores, soit accessoires, soit les deux. Dans un monde contraint en énergie, l’informatique n’aura sa place que dans deux cas de figure : le remplacement de secteurs encore plus énergivores qu’elle et un nombre réduit de secteurs coûteux en énergie, mais pour lesquels les particuliers, les entreprises ou l’état sont prêts à payer cher. L’informatique de remplacement inclut par exemple les solutions de vidéoconférence, se substituant aux voyages en avion dans les milieux d’affaires. L’informatique énergivore est par exemple le e-commerce, pure annexe des transports. Il est à parier que les usages récréatifs et/ou nuisibles (pornographie notamment) deviendront un plaisir d’élite s’ils ne disparaissent pas complètement.

L’informatique de masse ne peut pas être viable. L’épuisement des terres rares va rendre obligatoire le recyclage minutieux de chaque unité, renchérissant le coût en énergie de chaque unité produite. Dans un contexte de tensions énergétiques, cela signifie un prix croissant des nouvelles machines. La mutualisation des machines risque de devenir la norme et le PC personnel un luxe. L’accroissement de la puissance de calcul unitaire devrait ralentir, pour se caler peu ou prou sur l’accroissement de l’efficience énergétique. La consommation énergétique par unité a peu de chances d’augmenter dans les machines grand public.

Si nous devions nous risquer à dessiner l’avenir chez les particuliers, ceux-ci recentreront sans doute leurs moyens autour d’un PC familial, doublé d’un smartphone professionnel basique selon les cas, le tout communiquant avec un nombre plus limité qu’aujourd’hui de services. L’avenir ne sera certainement pas dans la prolifération des sex toys connectés et autres brosses à dents intelligentes.

Du côté des entreprises, seules celles qui trouveront un avantage réel à s’informatiser davantage le feront. L’effet de mode et la simple technophilie cèderont la place au dur calcul économique. Le secteur numérique, aujourd’hui en plein boom, pourrait se retrouver du jour au lendemain en grave crise, comme lors de l’explosion de la bulle Internet. Brisons de suite un mythe répandu : non, le tertiaire n’est pas économe en énergie. Mettre quelqu’un dans un bureau signifie qu’il faut le remplacer par une machine dans le secteur primaire ou secondaire.

Dans les gros systèmes centralisés, la part de l’énergie consacrée au fonctionnement du système lui-même, par rapport aux applications hébergées augmente[vi]. La tendance sera donc à la décentralisation et aux systèmes distribués, dès que les économies d’échelle auront été annulées par le renchérissement du coût de l’énergie.

Les utopies californiennes d’un monde où robots et intelligences artificielles remplaceraient les humains à la tâche prennent du plomb dans l’aile. Le remplacement de l’homme par la machine ne vaut que tant que le coût de l’heure de fonctionnement de celle-ci (incluant son amortissement), dépasse les salaires des ouvriers qu’elle remplace. Le renchérissement du coût de l’énergie viendra rapidement remettre l’homme au travail. Les bras aujourd’hui au chômage ne suffiront pas à combler le manque d’énergie qui s’annonce. La « crise » de 2008 n’en est pas une. Elle est le début d’une récession mondiale après le passage du pic pétro-gazier. Cette récession remet en question de nombreux « progrès » de la société moderne, qui fondront comme neige au soleil face à la dure réalité physique. L’informatique en fait partie, tout comme l’internet libre, très belle idée, hélas irréaliste dans un monde à l’énergie contrainte.

[i] https://www.wired.com/2016/10/president-obama-guest-edits-wired-essay/

[ii] JARRIGE François, Technocritiques

[iii] En 2010, l’Agence Intenationale de l’Énergie déclarait que la production de pétrole ne dépasserait jamais le niveau de 2006 : le fameux pic du pétrole.

[iv] La fusion commerciale est estimée au mieux pour 2090

[v] Cloud begins with Coal, Digital Power Group, 2013

[vi] LUSSATO Bruno, La Troisième Révolution