L’état brade nos données

« La France porte une tradition de transparence démocratique et de partage des informations détenues par la puissance publique. » Ne riez pas, il s’agit des premiers mots de la très sérieuse déclaration du gouvernement sur l’ouverture des données publiques. Notre pays va d’ailleurs prendre la tête du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) en octobre prochain. L’ouverture et la transparence comme remède au complexe démocratique de la république ? Tout un programme.main

L’ouverture des données publiques est constamment demandée tant à gauche qu’à droite. Les premiers soutiennent que l’accès aux données publiques est un enjeu démocratique, inscrit dans les Droits de l’Homme, les seconds veulent dynamiser l’économie en injectant les données publiques dans un marché déjà fort lucratif. Les plus radicaux des deux camps vont même jusqu’à exiger la fin du secret d’état, qui mettrait gravement en danger les capacités stratégiques de celui-ci.

Cela va sans dire que tout politique d’ouverture de données multiplie forcément le nombre d’accès aux systèmes d’information, donc le coût en infrastructures. Une aubaine pour les constructeurs, les équipementiers et les SSII. Cela n’étonnera donc personne que les deux plus généreux donateurs du PGO soient la fondation Hewlett et le réseau Omidyar[1].

L’ouverture des données publiques se révèle une manne pour les entreprises : Incapable depuis des années d’en faire quelque chose d’utile, l’état va ouvrir diverses données, donc permettre au privé de les utiliser à but lucratif. Une fois les données mises en ligne, y compris si l’état tente d’en restreindre l’accès, le monde entier pourra les copier, les stocker et les traiter. Internet n’a pas de frontières, ni de droit de retrait.

Ces données « publiques », en réalité les données des français, vont être livrées au monde marchand et à l’étranger, par décision unilatérale de l’état. Elles seront au départ très incomplètes, mais de plus en plus de points d’entrée (API) vont être créés, livrant toujours plus de données. De surcroit, l’état s’introduit de plus en plus profondément dans la vie privée des français. Chaque nouveau rôle que se donne l’état, c’est aussi de précieuses données qui viennent enrichir ses bases. Pour l’instant la CNIL veille au grain quant à l’anonymisation des données. N’oublions pas qu’elle n’existe que grâce à la volonté de l’état. Déjà très critiquée par ceux qui souhaitent libéraliser le marché de la donnée, elle pourrait tôt ou tard céder. Rien n’interdit non plus à l’état de vendre des jeux de données au privé ou de fournir des données à des entreprises, dans le cadre de partenariats public-privé, cela se voit avec EDF.

La confiance que les français plaçaient dans l’état, concernant les informations qu’ils lui livraient (de gré ou de force) est trahie. Le citoyen devra se consoler au choix avec des droits de l’homme mieux respectés ou bien des points de croissance dont il ne verra pas la couleur.

[1] La fondation Hewlett a été fondée par l’ancien PDG de HP, le Omidyar Network par le fondateur d’eBay.