Lire ou relire Ivan Illich

Tout système, lorsqu’il dépasse une certaine importance, finit par devenir contre-productif, puis par nuire à la société. C’est l’audacieuse thèse développée par Ivan Illich (1926-2002), prêtre catholique défroqué et l’un des plus lucides critiques de la société industrielle.
Ivan_Illich

Défenseur d’une société de la liberté de faire, contre la société industrielle où l’homme est seulement libre de consommer, Illich est un penseur des libertés. Ses travaux l’ont amené à un constat : chaque producteur de biens ou de services, lorsqu’il a dépassé une certaine taille, finit irrémédiablement par devenir contre-productif.

Illich développe ce constat en analysant dans les années 70 plusieurs institutions de la société industrielle : le système éducatif dans Une société sans école, la médecine moderne dans Némésis médicale ou bien l’infrastructure de transport dans Énergie et équité. Chacun de ces livres est édifiant, brisant bien des mythes que l’homme moderne tend à croire : la médecine moderne apporte plus de maladies iatrogènes qu’elle ne soigne de malades ; l’école délégitime l’apprentissage autodidacte et tue la curiosité naturelle de l’homme ; l’habitude du transport motorisé place les choses à une distance que ne peuvent plus franchir les autres moyens de déplacement.

Loin de se cantonner à la critique, Illich n’hésite pas à proposer des outils conceptuels, afin que l’homme reprenne le contrôle sur la machine. La Convivialité, à la fois ouvrage et concept distingue les outils, que l’homme utilise comme bon lui semble, des machines, qui créent des besoins auquel elles-seules peuvent répondre. Un outil convivial est un outil dont l’utilisation ne retire pas de libertés. Plus grille de lecture que praxis, la convivialité n’en est pas moins utile pour critiquer la plupart des institutions modernes sur leur prétendue utilité sociale.

Illich parle peu de politique, mais en parle efficacement. Il souhaite une société décentralisée, hérissée des libertés dont nous ont privé les institutions industrielles. Il est cité à juste titre comme l’un des pères de la décroissance, même s’il convient de faire attention avec ce terme aujourd’hui. Illich souhaite que la créativité humaine remplace la stérilité morbide des institutions industrielles. Il appelle à une innovation authentique, à un homme qui créé lui-même les outils dont il a besoin, plutôt que de consommer toujours plus. En bon chrétien, il souhaite que pauvreté ne soit plus un gros mot, mais l’inverse de la misère, déchet d’industrie. Le pauvre devient misérable lorsqu’on le prive de la possibilité de faire les choses par lui-même, lorsqu’il devient un consommateur sans le sou. Nos paysans d’autrefois étaient certainement pauvres, jamais misérables.

En France les thèses d’Illich ont été oubliées (jugées trop pessimistes par la gauche après l’élection de Mitterrand), elles n’ont pas été infirmées. Ses analyses sont plus que jamais d’actualité dans notre pays, quand la République souhaite museler l’école libre et remplacer le bocage vendéen par un aéroport démesuré. Le sociologue Jean-Pierre Dupuy, un des principaux disciples d’Illich revendique l’héritage de son maître, de même que certaines chapelles d’écologistes. Beaucoup de décroissants s’en revendiquent, certains sont légitimes, d’autres, fieffés étatistes ou écocentristes incurables, moins. Sa pensée mériterait d’être étudiée par tout ennemi de la civilisation des machines et par tout écologiste intégral consciencieux.

Bibliographie

La carrière d’écrivain d’Illich dure 20 ans, de 1971 à 1991. En 1971 sort Libérer l’avenir, expliquant les raisons de son départ de l’Église (Illich a défroqué en 1966), tout en constituant une sorte d’introduction à ses œuvres futures. La même année sort Une société sans école, ouvrage critiquant le système scolaire, présenté comme un frein à la curiosité personnelle et à l’apprentissage traditionnel de maître à élève. En 1973 sortent deux ouvrages importants : La Convivialité et Énergie et équité. Le premier est la synthèse des travaux du CIDOC par Illich, le second une critique de l’inégale répartition de l’énergie comme cause de la misère mondiale. Enfin, en 1975 Némésis médicale vient attaquer frontalement la médecine moderne, intouchable dés lors.
En 1976 le CIDOC est liquidé par Illich, qui retourne en Europe. La suite de son œuvre est d’un autre ton, bien plus marquée à gauche et parfois très discutable. Le chômage créateur (1977), postface de La Convivialité développe la notion de monopole radical, jusqu’à accuser l’Église d’être à l’origine de ces institutions modernes qui rendent obligatoire leur médiation. Le Travail fantôme (1981), traite de la dépendance de l’emploi moderne au travail non rétribué. Le Genre vernaculaire (1983) est un essai philosophique sur la notion de genre. H2O ou les eaux de l’oubli (1988) retrace l’histoire de l’eau, jusqu’à la société industrielle qui l’accapare. ABC, l’alphabétisation de l’esprit populaire (1990) est une critique de l’alphabétisation qui a tué l’oralité. Enfin Du lisible au visible, la naissance du texte (1991) est une critique du Didascalicon de Hugues de Saint Victor. La correspondance d’Illich est à ce jour inédite.

L’état brade nos données

« La France porte une tradition de transparence démocratique et de partage des informations détenues par la puissance publique. » Ne riez pas, il s’agit des premiers mots de la très sérieuse déclaration du gouvernement sur l’ouverture des données publiques. Notre pays va d’ailleurs prendre la tête du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) en octobre prochain. L’ouverture et la transparence comme remède au complexe démocratique de la république ? Tout un programme.main

L’ouverture des données publiques est constamment demandée tant à gauche qu’à droite. Les premiers soutiennent que l’accès aux données publiques est un enjeu démocratique, inscrit dans les Droits de l’Homme, les seconds veulent dynamiser l’économie en injectant les données publiques dans un marché déjà fort lucratif. Les plus radicaux des deux camps vont même jusqu’à exiger la fin du secret d’état, qui mettrait gravement en danger les capacités stratégiques de celui-ci.

Cela va sans dire que tout politique d’ouverture de données multiplie forcément le nombre d’accès aux systèmes d’information, donc le coût en infrastructures. Une aubaine pour les constructeurs, les équipementiers et les SSII. Cela n’étonnera donc personne que les deux plus généreux donateurs du PGO soient la fondation Hewlett et le réseau Omidyar[1].

L’ouverture des données publiques se révèle une manne pour les entreprises : Incapable depuis des années d’en faire quelque chose d’utile, l’état va ouvrir diverses données, donc permettre au privé de les utiliser à but lucratif. Une fois les données mises en ligne, y compris si l’état tente d’en restreindre l’accès, le monde entier pourra les copier, les stocker et les traiter. Internet n’a pas de frontières, ni de droit de retrait.

Ces données « publiques », en réalité les données des français, vont être livrées au monde marchand et à l’étranger, par décision unilatérale de l’état. Elles seront au départ très incomplètes, mais de plus en plus de points d’entrée (API) vont être créés, livrant toujours plus de données. De surcroit, l’état s’introduit de plus en plus profondément dans la vie privée des français. Chaque nouveau rôle que se donne l’état, c’est aussi de précieuses données qui viennent enrichir ses bases. Pour l’instant la CNIL veille au grain quant à l’anonymisation des données. N’oublions pas qu’elle n’existe que grâce à la volonté de l’état. Déjà très critiquée par ceux qui souhaitent libéraliser le marché de la donnée, elle pourrait tôt ou tard céder. Rien n’interdit non plus à l’état de vendre des jeux de données au privé ou de fournir des données à des entreprises, dans le cadre de partenariats public-privé, cela se voit avec EDF.

La confiance que les français plaçaient dans l’état, concernant les informations qu’ils lui livraient (de gré ou de force) est trahie. Le citoyen devra se consoler au choix avec des droits de l’homme mieux respectés ou bien des points de croissance dont il ne verra pas la couleur.

[1] La fondation Hewlett a été fondée par l’ancien PDG de HP, le Omidyar Network par le fondateur d’eBay.