Éric Delbecque : Idéologie sécuritaire et société de surveillance

Nous sommes tous Big Brother ! C’est l’audacieuse thèse d’Éric Delbecque développée dans son dernier essai : Idéologie sécuritaire et société de surveillance.

Il n’y a pas selon l’auteur d’idéologie sécuritaire à proprement parler, portée par une poignée d’idéologues à la tête de l’État. Pour lui, le problème est plus profond : la mort de l’idée de Progrès, énergie vitale des sociétés occidentales depuis les Lumières, a plongé les Occidentaux dans un malaise profond. Sans futur, sans projet fédérateur, les Occidentaux se replient sur eux-mêmes et forment une société de défiance permanente.

La peur dans la société du spectacle

L’auteur commence par un constat : le monde n’est pas plus violent aujourd’hui qu’hier, mais la violence a changé de forme. On peut dire sans risque que le niveau de violence des sociétés européennes a diminué depuis deux siècles. En revanche ça n’est pas le cas dans le reste de monde. De plus, des foyers d’ultra violence ont émergé, laissant croire à un ensauvagement généralisé.

Le plus grand changement du XXème siècle est la diminution des violences entre États. Lors d’une guerre, les camps sont clairement définis et l’attention est focalisée sur l’ennemi du dehors. L’ennemi commun soude les communautés. En temps de paix prolongée comme actuellement, la violence du quotidien monopolise les esprits. L’ennemi n’est plus en face : il est potentiellement partout. Le paradoxe de Tocqueville vient renforcer cette peur de l’ennemi intérieur : moins il y a de violence dans une société, moins la violence résiduelle est tolérée.

À cela viennent s’ajouter les exigences de la société capitaliste : il faut une population aussi obéissante dans le travail que dans la consommation. Nous vivons dans une sorte Meilleur des mondes qui se serait mélangé à un 1984 orwellien. Le soma qu’est l’hédonisme ne suffit pas à contrôler les populations, il faut également instrumentaliser la peur, en faire un spectacle au sens où l’entend Guy Debord. Désormais le crime est médiatisé, scénarisé afin de divertir. La boucle de la décadence est lancée : le plaisir conjure l’angoisse, la violence-spectacle la ramène. Si cela peut en plus faire les affaires d’un business de la sécurité, c’est encore mieux.

Sortir de cette boucle nécessite une stratégie que seul le politique est apte à proposer. Or le politique est lui aussi embourbé dans les conséquences de la mort du Progrès.

La putréfaction sécuritaire du politique

Le clivage droite-gauche est devenu illisible, faute de clivage fort, nous dit l’auteur. Plus rien ne distingue la gauche de la droite : cette dernière s’est complètement ralliée à l’idée de Progrès, au système capitaliste, à la République et à la laïcité. Seuls les extrêmes tirent leur épingle du jeu, en gardant des bribes des clivages qui, autrefois, définissaient la gauche et la droite.

Second constat : un certain malaise démocratique. L’auteur dresse un tableau quasi-maurrassien de la république actuelle : les politiques sont impuissants, ils ne représentent personne ; les français sont désunis par une guerre permanente entre les partis ; les luttes partisanes obligent à prendre des positions radicales au détriment des nuances constructives ; la moindre prise de position hétérodoxe change le débat en Procès de Moscou ; l’électoralisme pousse les dirigeants politiques au cynisme ; il n’y a plus de chef d’État à la tête du pays mais un chef de parti ; des élites (pays légal) dirigent un peuple (pays réel) sans avoir aucune idée de ses préoccupations ; les élections interdisent toute projection dans le temps long, pourtant apanage du politique.

Bref, le politique en France est bien malade. Les maux qui l’accablent ont l’effet dévastateur d’ôter tout espoir à un peuple déjà abattu par la mort du Progrès. La société devient encore plus inquiète et craint des temps difficiles. De telles périodes dans l’histoire ont toujours fait émerger des boucs émissaires, des ennemis de l’intérieur qu’il convient de traquer.

Il n’y a pas d’idéologie sécuritaire soutient Éric Delbecque. La société de surveillance n’est que le miroir de notre propre méfiance collective. Les mêmes causes à une époque technologiquement moins avancée avaient provoqué la chasse aux sorcières, folie collective où de petits juges laïcs brûlaient les malheureuses désignées comme boucs émissaires. Aujourd’hui la société a remplacé le bûcher ponctuel par des caméras omniprésentes. Tout le monde est suspect, tout le monde doit être surveillé.

Retrouver du sens ?

L’auteur appelle les sociétés occidentales, la France en particulier, à retrouver du sens grâce à un projet fédérateur. A la fin de cet essai fortement influencé par les non-conformistes des années 30 (Mounier, Maulnier, Aron), plus particulièrement par la Jeune Droite, l’auteur appelle la France au relèvement. Il ne souhaite pas plus le retour du progressisme béat, appelé par Michéa « Complexe d’Orphée », que celui d’un conservatisme poussiéreux comme le XIXème en eût le secret.

Éric Delbecque souhaite l’avènement d’une troisième voie, entre progressisme et conservatisme, un système politique capable d’avancer, sans pour autant se précipiter. Un système ayant les reins assez solides pour prendre son temps. Il souhaite surtout un souffle, un projet national capable de fédérer les Français et de les sortir de la dépression nationale.

L’auteur ne précise hélas pas quel pourrait être un tel système, ce qui pourrait être un excellent sujet pour un prochain ouvrage. Vu la pertinence de celui-ci, nous l’attendons avec impatience.

Enzo Sandré