L’argent est mis sous surveillance

Toujours dans le but de préserver nos libertés et de lutter contre le terrorisme, le gouvernement Valls étend l’empire de la surveillance informatisée, en éliminant ce qui ne l’est pas. Bercy a récemment proposé d’éliminer progressivement l’argent liquide, rendu obsolète par les moyens de paiement électroniques. On accuse pièces et billets de faciliter le blanchiment et le financement du terrorisme. Les banquiers de Guernesey ou des Bahamas doivent bien s’esclaffer …

Ellul prédisait dans les années 60 une Technique totalisante, ne pouvant cohabiter avec les systèmes traditionnels. Déjà, en 1985 l’état interdisait le paiement des salaires en espèces : le passage par la banque devenait obligatoire. Les 30 années qui ont suivi ont vu les prélèvements à la source augmenter, au détriment de l’acte volontaire du paiement des impôts. Aujourd’hui le nouvel ordre mondial veut imposer le monopole de moyens de paiement liberticides, au nom de la moraline, de la sécurité ou encore de l’efficacité. Dormez braves gens l’état vous protège des méchants.jacquerie

La levée des impôts, véritable confrontation du pays légal et du pays réel à toutes les époques, se change en simple tonte : automatique, indolore et obligatoire. La banque se fait l’intermédiaire de cette spoliation qui remplace le collecteur d’impôts d’autrefois. Le consentement à l’impôt, inscrit dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, prétendait combattre l’arbitraire de l’impôt royal. Deux siècles plus tard, la République achève la supercherie : là où le roi devait affronter physiquement les contribuables mécontents, l’état moderne peut les ignorer et lever l’impôt sans demander l‘avis de personne.

Quel progrès !